.Extra Muros | Invisible Beauty - Iraq Pavillon - La Biennale di Venezia 2015

09.05 jusqu'à 22.11.2015

La Fondation Ruya pour la Culture contemporaine en Irak (Ruya) est heureuse d’annoncer ses plans pour le Pavillon national de l’Irak à la 56ème Biennale de Venise en mai 2015. L’exposition ‘Invisible Beauty’ est organisée par Philippe Van Cauteren, Directeur artistique du S.M.A.K. (Musée municipal d’Art contemporain) à Gand. Il présentera cinq artistes contemporains de tout l’Irak et de la diaspora. Les artistes travaillent dans une série de médias et le Pavillon inclura de nouvelles œuvres qui ont été élaborées spécialement pour l’exposition ainsi que des œuvres qui ont été redécouvertes après de longues périodes d’inattention. L’exposition sera accompagnée d’une présentation de plus de 500 dessins faits par des réfugiés dans le nord de l’Irak. L’artiste de renommée mondiale Ai Weiwei a sélectionné une série de ces dessins pour une publication majeure qui sera lancée à la Biennale.

‘Invisible Beauty’ se réfère aussi bien à des sujets inhabituels ou inattendus dans les œuvres exposées qu’à l’inévitable invisibilité des artistes irakiens sur la scène mondiale. La relation de l’art avec la survie, la tenue de documents, la thérapie et la beauté sont parmi les nombreux thèmes adressés par l’exposition. Le titre interprétable à l’infini doit révéler les nombreuses manières différentes d’aborder l’art généré par un pays qui a été en proie à la guerre, au génocide, aux violations des droits de l’homme et, au cours de l’année dernière, à la montée de l’EI. La démolition systématique de l’héritage culturel de l’Irak par l’EI que l’on a pu voir récemment dans la destruction de sites historiques vieux de plusieurs siècles à Hatra, Nimrud et Nineveh et les événements au Musée de Mossoul font qu’il est plus important que jamais de se focaliser sur des artistes qui continuent à travailler en Irak.

Le curateur Philippe Van Cauteren : ‘Invisible Beauty est comme une membrane fragile  qui enregistre les oscillations d’une pratique artistique imprégnée par la condition actuelle du pays et l’état des arts.’

Les artistes de l’exposition comprendront deux générations de photographes irakiens, à savoir Latif Al Ani et Akam Shex Hadi, l’artiste visuelle Rabab Ghazoul, le céramiste et sculpteur Salam Atta Sabri et le peintre Haider Jabbar. Cette sélection a été faite par Van Cauteren à la suite d’un voyage en Irak qui a été organisé et facilité par Ruya et effectué en compagnie de Tamara Chalabi, la Présidente et co-fondatrice de la Fondation. Van Cauteren et Chalabi ont également rendu visite à des artistes irakiens qui travaillent aux États-Unis, en Turquie, en Belgique et au Royaume-Uni.

Comme de plus en plus de sites anciens et de sanctuaires qui font partie de l’héritage universel de l’Irak sont détruits, Ruya considère qu’il est plus important que jamais de se focaliser sur des artistes qui continuent de travailler dans des circonstances aussi difficiles. Le Pavillon servira de plate-forme pour rendre ces artistes visibles.

Il y aura par ailleurs une publication conjointe, éditée par Mousse Publishing et la Ruya Foundation. Elle comportera notamment des contributions de Seamus Kealy, Tamara Chalabi, Lamia Al-Gailani Werr, Fares Haram, Karen McKinnon, Ali Bader, Luk Lambrecht, Sherko Bekas, Atyaf Rasheed et Philippe Van Cauteren.


TRACES OF SURVIVAL : Dessins de réfugiés en Irak sélectionnés par Ai Weiwei

L’exposition sera accompagnée par une présentation de dessins faits par des réfugiés au nord de l’Irak. En décembre 2014, Ruya a lancé une campagne pour fournir du matériel de dessin à des hommes et des femmes adultes dans les camps de réfugiés. Ruya a visité le Camp Shariya, le Camp Baharka et le Mar Elia Camp et pendant cinq jours, la Fondation a rassemblé 546 contributions, y compris des dessins, de la poésie et de la prose, et tout cela sera montré.

Les contributions présentent des réactions incroyablement puissantes à la vie dans les camps de réfugiés. Une image de tanks et d’avions dans des échanges de feu a été dessinée par un homme de quarante ans portant la légende : ‘notre peuple a seulement vécu dans des guerres et la destruction’, tandis qu’une autre image représente une figure isolée dans un camp de réfugiés inondé qui lance un appel : ‘sauvez-nous de la noyade, je suis Irakien’. En revanche, d’autres dessins montrent la vie avant la crise des réfugiés, y compris une représentation brillante de Mossoul avant la prise de contrôle par l’EI et une description du festival traditionnel Yazidi.

Une série de ces images ont été sélectionnées par Ai Weiwei pour une publication majeure, TRACES OF SURVIVAL : Dessins par des réfugiés en Irak sélectionnés par Ai Weiwei, qui sera éditée pour coïncider avec la Biennale. La publication est éditée par Fonds Mercator et la Ruya Foundation. Les recettes des ventes du livre retourneront vers ceux qui ont contribué au contenu.


Pratique - 'Invisible Beauty' - Pavillon de l'Iraq - La Biennale di Venezia 2015

  • 09.05... 22.11.2015
  • Mardi - Dimanche - 10h jusqu'à 18h
  • Ca’ Dandolo, Canal Grande, San Polo 2879, Venise
  • Vaporetto: San Tomà
Plus d'informations: