Oleg Kulik .Deep into Russia

18.03 jusqu'à 06.05.2001

Dans ses performances qui prêtent souvent à des controverses il apparaît comme animal ou comme un être difficile à définir. Au SMAK l'artiste russe présentrear deux sculptures liées à l'oeuvre 'Deep into Russia'.

Au niveau des arts, la Russie a été à peine visible pendant de nombreuses années. Des décennies d’oppression politique ont brisé les évolutions artistiques en Russie. En Union Soviétique, l’art était avant tout de ‘l’art soviétique’, devant servir la propagande. Les artistes ayant une autre vision des choses n’étaient pas tolérés et étaient obligés de travailler dans la clandestinité. La possibilité d’exporter leur art était à peu près inexistante. Ce n’est qu’au moment de la perestroïka qu’ils ont fait surface. On aurait pu croire que la porte vers la scène artistique de la Russie et de l’Europe de l’est avait ainsi été ouverte, mais cette fois-ci les artistes se heurtaient au manque de familiarité de l’Occident avec le bouillon de leur culture. Au SMAK, l’art contemporain de l’Europe de l’Est et de la Russie est déjà connu depuis longtemps. L’achat des «’Toilettes’ (1992) d’Ilya Kabakov - qui a joué un rôle important dans documenta IX - a provoqué à l’époque une certaine commotion. Kabakov faisait des natures mortes grandeur nature présentant une réflexion sur l’état des choses dans son pays. Oleg Kulik appartient à une génération plus jeune d’artistes russes. ‘Deep into Russia’ - une de ses oeuvres - a déjà été exposé à l’Association et a fait partie de la présentation de la collection à Watou. Lors de l’ouverture de l’exposition ‘de Rode Poort’ et de l’inauguration du musée, Oleg Kulik a présenté la performance ‘Armadillo for your show’.

L’œuvre de Kulik est pour le moins controversée et inconventionnelle. Il critique vivement la société existante qui dans son optique constitue un échec sur le plan éthique comme esthétique. Au coeur se trouve le concept de ‘zoophrénie’, ou encore, la relation entre l’homme et l’animal., entre la culture et la nature. Une société anthropocentrique qui se montre indifférente à l’égard d’autres espèces biologiques que l’homme, ne mérite pas le nom de démocratie d’après Kulik. Face à cela il propose l’harmonie qu’entraînent les relations entre les espèces. La ‘famille de l’avenir’ n’exclut pas les mariages entre différentes espèces biologiques, bien au contraire. Ou pour utiliser les paroles de Kulik : ‘Être toujours ensemble, avoir une confiance illimitée l’un dans l’autre, l’expérience d’un amour qui est si puissant que personne ne peut le comprendre - voilà le noyau moral de ma nouvelle famile’. Sa propre relation avec son chien Buck nous en fournit un prototype. Kulik est persuadé du fait qu’un monde où les différentes espèces biologiques se trouvent sur le même pied, inaugure une nouvelle Renaissance, un ‘boom’ esthétique qui peut à peine être représenté jusqu’au jour d’aujourd’hui. Si l’homme est le manager de ce monde futur - l’homme en tant qu’ingénieur des gènes - et les animaux les créateurs, l’artiste en a fait la maquette. Dans ‘Deep into Russia’ le spectateur se voit dans l’obligation d’enfoncer la tête dans le derrière (de la sculpture) d’une vache, s’il veut voir les performances dans lesquelles Kulik se met lui-même dans la peau d’un animal, souvent d’un chien. La situation de l’animal attaqué par l’homme présente d’après Kulik des similitudes avec la situation de l’artiste russe : il veut engager un dialogue avec l’Occident mais n’est pas accepté comme interlocuteur. En tant qu’artiste il a deux options dans ces circonstances : mordre ou lécher les bottes. Kulik trouve plus d’authenticité dans le fait de mordre, et c’est donc cela qu’il choisit. Dans un certain nombre de performances Kulik mord les talons de passants abasourdis, il vocifère et hurle pour se laisser emmener finalement de façon servile dans une fourgeonnette de la police équipée pour faire face aux comportements inadaptés des chiens. L’exposition au SMAK présente deux de ces vaches. ‘Deep into Russia’ a déjà été acheté en 1997. Récemment le musée a acquis ‘Blue Cow’ (1998). Les deux oeuvres seront exposées dans l’espace où se trouvaient jusqu\'à récemment ‘Les toilettes’ de Kabakov. Des performances d’Oleg Kulik seront projetées dans une autre salle.

  Plus au sujet de Oleg Kulik