.Over The Edges

01.04 jusqu'à 30.06.2000

Celui-ci commence à croire qu’il est le témoin d’une dispute entre des époux et les mille morceaux qui s’entassent dans la rue donnent l’impression que cette dispute dure depuis des semaines. Pourtant, en réalité, il s’agit de l’œuvre de l’artiste français Patrick Lebret, un des cinquante-cinq artistes de l’exposition « Over the Edges ».Lorsque Jan Hoet fut prié il y a quelques années d’organiser un volet contemporain dans le cadre des activités concernant Charles Quint, l’idée d’une exposition au centre de Gand et à propos de celui-ci prit forme.

D’après le conservateur Jan Hoet et le conservateur associé Giacinto Di Pietrantonio, l’artiste serait plus que quiconque en mesure de souligner la structure et la richesse de la ville. Ainsi l’artiste américain Brian Tolle met-il une nouvelle fois une façade du Korenlei en pleine lumière. Devant la façade existante, datant du XVIième siècle, une paroi est installée. Cette paroi reproduit le reflet très détaillé de la façade dans l’eau. « Over the Edges », littéralement par-delà les frontières, a pris comme point de départ l’angle, « la limite entre l’intérieur et l’extérieur, entre le domaine privé et public ». Les angles sont les accents structurels de la ville. Dans le vieux centre ville, unique par l’histoire qu’il porte en lui, les angles des maisons et des rues fonctionnent comme points de référence permettant de s’orienter dans la ville. C’est pourquoi l’artiste américain Tony Matelli a installé des chiens d’aveugle, d’une matière synthétique à l’aspect très réaliste, à trois angles différents du centre ville où ils indiquent la direction. A l’entrée centrale de la cathédrale Saint-Bavon, des poètes, des musiciens et des cracheurs de feu se produiront à intervalles assez réguliers de début avril jusqu\'à fin juin. Le podium noir est une contribution de l’artiste flamand Thierry De Cordier. Avec son « Chantoir », l’artiste veut d’une part réaliser une œuvre qui défie le visiteur de participer activement à l’exposition.

D’autre part il réfère directement à l’histoire du site, à l’époque où les églises constituaient le noyau d’un grand nombre de fonctions économiques et sociales. Giuseppe Gabellone n’est pas parti d’un seul angle, mais du patron complexe des rues où l’angle est considéré comme le point de convergence de plusieurs rues. Il a transposé ce patron sur un box d’un mètre cinquante sur un mètre cinquante. L’œuvre est présentée à l’intérieur. Les artistes ont toujours bénéficié d’une totale liberté pour interpréter le concept de l’angle. Ils ont personnellement choisi un site dans l’ancienne partie de la ville et la liberté artistique la plus totale leur a été accordée. Pendant une période échelonnée sur deux ans, les artistes sont venus par groupes à Gand afin de faire la connaissance de la ville et de traduire leur vision de Gand en une contribution à l’exposition. Il n’a pas été fixé d’avance que les oeuvres devaient se dérouler à l’extérieur de l’angle. Les interventions des artistes se trouvent à l’intérieur comme à l’extérieur. « Over the Edges » a été développé et réalisé à partir du S.M.A.K. Cette relation est également soulignée dans l’exposition. Il y aura ainsi deux points de vente et d’information, un dans la ville et un au S.M.A.K. On y vendra des billets avec un plan de l’exposition. Ce plan mentionne tous les sites et donne une brève description de toutes les oeuvres. Le billet donne accès aux sites intérieurs de l’exposition ainsi qu’au musée. Pendant l’exposition un espace du musée présente les projets, les ébauches et les modèles des artistes qui participent. Une liaison taxi assurera le trajet du S.M.A.K. au centre ville. « L’artiste-taxi » thaï Navin Rawanchaikul s’arrange pour que sa contribution donne lieu à un lien unique entre la ville et le musée. Quant au visiteur désireux d’entamer au centre de la ville sa promenade le long des oeuvres, il pourra obtenir toute l’information dans le vieux centre et y acheter un billet. L’artiste espagnol Angel Vergara assure une certaine continuité du parcours de l’exposition par son projet « Meeting Point » qui consiste d’un point d’information et de rencontre au centre ville (Sint-Michielshelling).

Artistes participants:
Michael Ross, Mario Airo, Vedova Mazzei, Hubertus & Jan Van Eyck, Keith Tyson, Brain Tolle, Kiki Smith, Ugo Rondinone, Rita McBride, Tony Matelli, Patrick Lebret, Dimitris Kozaris, Stefan Kern, Fabrice Gygi, Guiseppe Gabellone, Nicolas Floc’h, Belu-Simion Fainaru, Eva und Adele, Olafur Eliasson, Tom Claassen, Maurizio Cattelan, Marco Boggio Sella, Kcho, Gert Robijns, Sisley Xhafa, Emilio Lopez-Menchero, Maria Nordman, John Körmeling, Philippe Ramette, Haim Steinbach, Navin Rawanchaikul, Jonathan Horowitz, Alicia Framis, Pipilotti Rist, Alberto Garutti, Carsten Höller, Michelangelo Pistoletto, Juan Muñoz, Bernd Lohaus, Joseph Kosuth, Ilya Kabakov, David Hammons, Jimmie Durham, Wim Delvoye, Simone Berti, Masato Kobayashi, Huang Yong Ping, Angel Vergara, Peter De Cupere, Avery T.C. Preesman, Joep Van Lieshout, Guo-Qiang Cai, Thierry De Cordier, Jan Fabre, Dirk Braeckman