MadeIn .Seeing One's Own Eyes | europalia.china

04.12 jusqu'à 14.03.2010

L'accent y est mis sur l'art contemporain du Moyen-Orient, mais plus que cela, l'exposition dévoile le paradoxe du « regard » sur d'autres cultures.

MadeIn fut fondé début 2009 à Shanghai et vise à stimuler la création, soutenir et diffuser l'art contemporain. Fondateur du collectif, Xu Zhen (né en 1977 à Shanghai) est l'un des artistes conceptuels les plus importants, actif depuis les années 90 dans la Chine moderne, en perpétuelle évolution. Xu Zhen se consacre à l'étude des processus sociaux et politiques, qu'il intègre de manière théâtrale et humoristique dans son œuvre. C'est ce qu'a réalisé l'artiste avec, par exemple, 8848 – 1.86 (2005), une courageuse tentative pour emporter le sommet du Mont Everest et l'exposer comme objet archéologique. Plus récemment, Xu a beaucoup fait parler de lui dans le monde avec The Starving of Sudan (2008), une reconstitution de la situation bouleversante que le photographe Kevin Carter a découverte au Soudan en 1994 et pour laquelle il a gagné le prix Pulitzer. En tant que visiteur, on a la possibilité de prendre en photo avec son propre appareil le vautour et l'enfant mourant. Avec « Seeing One's Own Eyes », l'artiste se définit comme une intelligence « invisible » cachée derrière l'exposition. Xu Zhen utilise là une stratégie underground à grande échelle pour concevoir un projet qui se trouve en totale rupture avec les attentes stéréotypées du circuit artistique contemporain et qui perturbe en même temps notre regard sur le Moyen-Orient et sur la Chine. « Seeing One's Own Eyes » se focalise sur l'art contemporain au Moyen-Orient. Il offre un éventail de ce que le Moyen-Orient souhaite apporter à l'art contemporain. Ce souhait s'exprime par une collection d'installations, d'objets, de sculptures, de photos, de peintures et de vidéos imposants.

Le grand public associe en premier lieu le Moyen-Orient à la mort et à la violence, à la souffrance humaine et à une impasse politique et religieuse perpétuelle. MadeIn a pour objectif de contrer cette perception négative par une exposition dans laquelle l'accent est mis sur une scène artistique riche et prospère de cette région. Il présente une œuvre surprenante qui dépasse remarquablement le contexte d'où elle tire son origine. Nous pourrons entre autres voir Perfect Volume, un cercle construit à partir des extrémités de chaussures militaires. Les chaussures sont silencieuses, et leurs propriétaires sont tombés au combat. Autre œuvre (en deux dimensions), DAH...DAH...DAH...DAH a été façonné en forme d'onde sonore à partir d'une plaque rouillée. Tout inoffensive qu'elle paraisse, on y voit la représentation de la bande sonore de discours de politiciens du Moyen-Orient; le spectateur est laissé dans l'ignorance quant aux personnes en question, sans parler du message qu'ils diffusent. MadeIn ne souhaite pas simplement montrer du doigt les gâchis sociaux ou politiques. Il reflète également le mécanisme de la scène artistique contemporaine mondiale. « Seeing One's Own Eyes » figure le paradoxe du « regard » sur d'autres cultures, mais fustige tout autant la quête acharnée de « l'authenticité ».

www.europalia.eu Avec le support de Cattecontainers

  Plus au sujet de MadeIn