Nicolas Provost

Nashashibi/Skaer, Lamb, 2019, film still
i
Nashashibi/Skaer, Lamb, 2019, film still
Mark Manders Detail uit Landscape with Colours, 1997 Foto: Dirk Pauwels
i
Mark Manders Detail uit Landscape with Colours, 1997 Foto: Dirk Pauwels

Le vendredi 29 novembre 2019, vous êtes le bienvenu entre 20h et 23h à l’inauguration de deux nouvelles expositions au S.M.A.K.

Nashashibi/Skaer | Future Sun

Nashashibi/Skaer est la pratique commune de la cinéaste et peintre Rosalind Nashashibi et la sculptrice et cinéaste Lucy Skaer. Les artistes créent ensemble des films méditatifs sur l’art, la mythologie et le monde. Elles prennent souvent l’œuvre d’autres artistes comme point de départ pour explorer des thèmes qui les touchent personnellement, comme les portraits de femmes, l’identité, la beauté et ses pièges, la colonisation et les conflits politiques. Dans ‘Future Sun’, Rosalind Nashashibi et Lucy Skaer réunissent pour la première fois des films, des peintures et des sculptures provenant de leur pratique commune et individuelle dans une exposition conçue sur le principe du temps non-linéaire. À l’occasion de ‘Future Sun’, les artistes ont réalisé le nouveau film ‘Lamb’ (2019).

De la Collection | noWHere 

L’exposition ‘De de Collection | noWHere’ réunit des oeuvres de la collection du S.M.A.K. autour de l’idée du ‘non-lieu’. Les non-lieux sont des endroits réels contemporains qui évoquent, par leur caractère impersonnel et fugace, des sentiments tels que la nostalgie, le détachement et le désir confus. Songez par exemple à des chambres d’hôtel, des aéroports, des stations de métro ou des autoroutes, mais aussi à des musées. Les artistes utilisent souvent le non-lieu comme métaphore d’un lieu complètement autonome, un refuge (utopique) détaché de toute règlementation. Toutes les pièces de cette exposition ont des liens avec cela et sont présentées séparément les unes des autres, comme des ‘non-lieux’ en soi. Avec des oeuvres, entre autres, de Dirk Braeckman, Jean-Marc Bustamante, Johan De Wilde, Mark Manders, Wesley Meuris, Reinhard Mucha, Dennis Oppenheim, Paul Thek, Jan Vercruysse, Henk Visch et Lawrence Weiner.

Les expositions ont lieu de 30.11.2019 à 16.02.2020.

dans la catégorie: Evénement - Performance

La Nuit des Musées se déroulera le jeudi 5 décembre. Pour l’occasion, dix musées ouvriront gratuitement leurs portes au public après le coucher du soleil. 

Découvrez les expositions nouvelles et permanentes grâce à une balade nocturne inoubliable à travers la ville. Les musées se mettent en frais avec un programme alléchant riche en performances, défis, musique, streetfood et autres surprises.

Le STAM – Musée de la Ville de Gand vous invite avec vos (petits-)enfants à la Nuit des Musées pour enfants au STAM de 16 h à 20 h. 

Plus d'informations:

  • Où? Design Museum Gent, Le Musée de l'Industrie, S.M.A.K., Musée Dr. Guislain, La Maison d’Alijn, MSK, STAM, Abbaye Saint-Pierre, Le monde de Kina et Kunsthal
  • Quand? Jeudi 5 décembre 2019 de 18h à 1h.
  • Comment s’y rendre? A pied, à vélo ou en transports en commun. 
  • Combien ça coûte? Les musées sont entièrement gratuits.
  • Nuit des musées pour enfants?  STAM -  le musée de la ville de Gand - invite tous les enfants et leurs (grand-)parents de 16h à 20h.
  • Afterparty? AmuseeVous oganise le afterparty au Charlatan de 23h à 04h. Tickets: prévente: 5 euro, à la caisse: 7 euro (disponible à partir de 5 novembre).

dans la catégorie: Evénement - Performance

Ciprian Mureşan All the Images from the Complete collection catalogue of S.M.A.K., 2019 pencil on paper, detail
i
Ciprian Mureşan All the Images from the Complete collection catalogue of S.M.A.K., 2019 pencil on paper, detail
Ronny Delrue, ‘Mother, memory revisited’, 2015 Geperforeerde foto, 32,5 X 23,9 cm. Foto: Tom De Visscher
i
Ronny Delrue, ‘Mother, memory revisited’, 2015 Geperforeerde foto, 32,5 X 23,9 cm. Foto: Tom De Visscher

Le vendredi 25 octobre 2019, vous êtes le bienvenu entre 20h et 23h à l’inauguration de deux nouvelles expositions au S.M.A.K.

Faites connaissance avec l’œuvre de l’artiste roumain Ciprian Mureşan, dans le cadre d’Europalia Romania. Son œuvre recontextualise des anecdotes historiques, des œuvres d’art iconiques, des rituels religieux et des formes culturelles populaires et elle désarticule de cette manière les récits bien définis de l’histoire (de l’art). Il réduit ainsi toutes les œuvres de la collection du S.M.A.K. à un état post-figuratif, en démontrant l’absurdité de regarder cette histoire aussi comme un récit linéaire.

----------

Le cœur de l’exposition ‘Correspondances’ est un échange de lettres entre Ronny Delrue et cinq artistes venant d’autant de pays. En se basant entre autres sur des dessins, des fragments de lettres et des collages, cette exposition explore non seulement la rencontre entre des artistes avec différents contextes géographiques et attitudes culturelles. L’œuvre de Delrue est également approchée sous un angle nouveau.

dans la catégorie: Evénement - Performance

Le dimanche 13 octobre 2019 à 11h, le S.M.A.K. prend congé de Philippe Van Snick (1946-2019) avec une nouvelle publication conçue par Inge Ketelers, en collaboration avec l’artiste au printemps 2019.

L’hommage a lieu auprès de ‘Monochrome destabilise-ré’ (1980), l’œuvre de Philippe Van Snick qui fait partie de l’exposition ‘Highlights for a Future, De Collectie (1).

Programme

  • 11h - Causerie Luk Lambrecht du Cultuurcentrum Strombeek
  • 11h – Présentation du livre Philippe Van Snick, The Project. 
  • Koen Van Synghel, architecte et critique en architecture s’entretient avec Inge Ketelers, conceptrice graphique.
  • Merci de confirmer votre présence: reservation@smak.be

dans la catégorie: Collection

Guillaume Leblon, There is a Man, 2014-2016 (detail), mixed media, video, variabele afmetingen. Foto: Dirk Pauwels
i
Guillaume Leblon, There is a Man, 2014-2016 (detail), mixed media, video, variabele afmetingen. Foto: Dirk Pauwels

Après les expositions ‘Ungenau’ (Geel, 2015) et TRUST (Les Brasseurs, Liège, 2018), une nouvelle collaboration voit le jour avec la PXL-MAD School of Arts de Hasselt sous le dénominateur ‘S.M.A.K. goed MAD’.

L’exposition compte une sélection d’œuvres d’art de la collection du S.M.A.K., ce qui offre d’emblée au musée la possibilité d’entrer à nouveau en dialogue avec le monde extérieur grâce à sa collection (en l’occurrence un établissement d’enseignement). Par ailleurs, la PXL-MAD School of Arts permet un rapprochement entre l’art provenant d’une collection muséale et les étudiants et de développer un discours sur ce thème.

La collaboration portera sur trois expositions au cours de l’année académique 2019-’20. Un programme discursif d’accompagnement approfondira le projet sous la forme de cours donnés par des professeurs et d’entretiens avec des étudiants, des artistes et d’autres professionnels. Au cours de la première exposition, le S.M.A.K. présente une seule installation de sa collection : THERE IS A MAN de Guillaume Leblon.

Curated by Philippe Van Cauteren

Informations pratiques

  • 1 octobre 2019 - 30 novembre 2019
  • Adresse: De Kooi - Campus PXL-MAD - Elfde Liniestraat 25 (bâtiment C) - 3500 Hasselt. Heures d’ouverture : du lundi au vendredi, de 9:00 à 17:00. Entrée gratuite.
  • Website.

dans la catégorie: Extra Muros

Workshop septembre 2019, image: Titus Simoens
i
Workshop septembre 2019, image: Titus Simoens
Carstel Höller Schwarzer Elefant 1999 polyurethaan
i
Carstel Höller Schwarzer Elefant 1999 polyurethaan
i
Bruce Nauman, 'Untitled (Four Small Animals)', 1989, mixed media, h. 43 cm x b. 244 cm x d. 269 cm
i
Katharina Heinrich, 'Ohne Titel', 1997, polyethyleen, nylondraad, h. 226 cm x b. 197 cm, bruikleen Collectie Vlaamse Gemeenschap
Workshop septembre 2019, image: Titus Simoens
i
Workshop septembre 2019, image: Titus Simoens
Workshop septembre 2019, image: Titus Simoens
i
Workshop septembre 2019, image: Titus Simoens
Workshop septembre 2019, image: Titus Simoens
i
Workshop septembre 2019, image: Titus Simoens

S.M.A.K. et le Design Museum Gent dressent un inventaire des matières plastiques dans leurs collections.

Dans le cadre du débat sur le climat, les matières plastiques sont montrées du doigt, à juste titre. Il est de notoriété publique qu’elles sont difficilement dégradables et recyclables et génèrent une ‘soupe’ de plastique dans les océans. Mais les restaurateurs des musées se font du souci pour leurs pièces de collection en plastique. Si certains plastiques ne se désintègrent jamais, la plupart d’entre eux se dégradent. Et parfois même en peu de temps.

Le plastique est un matériau relativement récent dans les collections des musées. La plupart des types de plastique demandent des soins sur mesure. Pour pouvoir le permettre, le S.M.A.K. et le Design Museum Gent, qui conservent ensemble près de 4000 pièces en plastique, ont lancé un projet en 2018. Une première étape consiste à établir une terminologie standard pour désigner et définir les matériaux, les techniques et les phénomènes de dégâts. Dans une deuxième phase, le type de plastique est identifié et un rapport de conditions est établi pour chaque pièce de la collection. On se base à cette fin sur un examen des sources, le ‘plastic identificatie tool’, récemment développé aux Pays-Bas, ou une analyse chimique.

Durant la semaine du 16 septembre, les collaborateurs des musées et les chercheurs concernés échangent leur expertise. Ils se familiarisent au ‘plastic identificatie tool’ dans un atelier privé, au cours duquel des espèces de plastiques sont identifiées à l’aide d’un questionnaire en ligne, d’échantillons de matériaux et en regardant, en sentant, en touchant et en écoutant attentivement. Tant les collections du S.M.A.K., du Design Museum Gent, d’ADAM-Brussels Design Museum, du MoMu que du FOMU sont traitées. Ce projet est une coopération entre le Nederlandse Rijskdienst voor het Cultureel Erfgoed, l’Institut Royal du Patrimoine Artistique et le Cologne Institute of Conversation Sciences de la TH Köln.

dans la catégorie: Collection

Bjarne Melgarad, film still, ‘Let Your Mind Be Your Bed’.
i
Bjarne Melgarad, film still, ‘Let Your Mind Be Your Bed’.
Oscar Murillo,Triennale Kathmandu 2017, photo: Dirk Pauwels
i
Oscar Murillo,Triennale Kathmandu 2017, photo: Dirk Pauwels
Nina Canell Perpetuum Mobile (25 kg) 2009–2014 mixed media variabele afmetingen 2017 aankoop
i
Nina Canell Perpetuum Mobile (25 kg) 2009–2014 mixed media variabele afmetingen 2017 aankoop


Dans le cadre de Highlights for a Future, La collection (I)’, de nombreuses conférences d’artistes auront également lieu en septembre 2019, notamment avec Bjarne Melgaard (26 sept) et Oscar Murillo (29 sept).
 

Screening ‘Let Your Mind Be Your Bed’ avec Bjarne Melgaard et Ulrike Lindmayr - 26 septembre 2019 - 19h30

Le musée organise la première représentation en Belgique du théâtre de marionnettes expérimental de Bjarne Melgaard (°1967, Sydney). Le film revalorise l’héritage littéraire de l’auteur new-yorkaise Kathy Acker, décédée prématurément. Le dialogue et les relations mutuelles entre les personnages sont alimentées par la littérature d’Acker, qui réunit des impulsions du monde punk, du post-modernisme et un féminisme sexuel positif. Le screening est suivi par un entretien entre l’artiste et Ulrike Lindmayr. Ulrike Lindmayr (°1962) collabora à la rédaction de revues artistiques internationales et de quotidiens à Vienne. Elle était également chargée de la conception et de la coordination d’expositions pour différentes institutions nationales et internationales et elle conseilla durant quelques années les autorités flamandes en matière d’art dans l’espace public. Elle est la co-fondatrice du centre non marchant ‘LLS 287. Ruimte voor actuele Kunst’ à Anvers et en assuma la direction artistique de 2007 à 2017. En 2010, elle organisa un entretien et une performance avec Bjarne Melgaard, à l’occasion de la publication de son ouvrage ‘Untitled Novel’ (2010).

Oscar Murillo - 29 septembre 2019 - 15h
La communauté, l’identité, le langage et l’inclusion culturelle et sociale sont les thèmes centraux qui caractérisent l’art d’Oscar Murillo (°1986, La Paila). Il traite souvent des aspects relatifs à son histoire personnelle et à ses liens transculturels avec sa patrie, la Colombie. En impliquant des membres de sa famille, des ouvriers de l’usine locale et des écoliers dans le processus de création, il aborde des sujets sociaux qui relient des mondes divergents entre eux. Dans cette approche, l’accent mis sur l’esprit de communauté est tout aussi important que la révélation de phénomènes et de sentiments de displacement (déplacement). Ses peintures se basent également sur une méthode de transformation, des tissus découpés étant traités à la peinture à l’huile et abandonnés durant un certain temps dans l’atelier où elles accumulent de la poussière, des saletés et autres éléments environnementaux. Ces matériaux, qui sont identiques dans le monde entier quel que soit le contexte social ou culturel, correspondent à l’approche égalitaire et inclusive de son oeuvre. Une des peintures de Murillo est actuellement visible dans l’exposition ‘Highlights for a Future: De Collectie (I). En 2017, l’artiste prit part à la première Triennale de Kathmandu, organisée par le S.M.A.K., en collaboration avec la Siddartha Arts Foundation. Il réalisa l’oeuvre ‘The Coming of the Europeans’, qui dénonce les héritages laissés par le colonialisme, en collaboration avec un atelier local de sérigraphie.

dans la catégorie: Artist Talk

A l’occasion de la parution de la publication ‘Reflexologies’, nous nous entretenons avec les artistes Nina Canell et Robin Watkins sur la conversion sous forme de livre de leur oeuvre, leurs installations et leur exposition.

Au cours des cinq dernières années, Nina Canell fit des expositions en solo pour différents musées et instituts, parmi lesquels également ‘Energy Budget’ (2018) pour le S.M.A.K. Dans la publication récente Reflexologies (2019), elle réunit ces projets dans un ouvrage particulièrement bien documenté. Les reproductions des expositions suivent un ordre chronologique libre dans la publication, permettant de visualiser les parallèles et les relations mutuelles entre les différentes installations et sculptures. Les essais de Martin Herbert, Jennifer Teets et Robin Watkins abordent une série de qualités spécifiques de l’oeuvre liées au temps, au processus et au matériel.  

Reflexologies est une édition de Sternberg Press en collaboration avec Le Crédac, le Kunstmuseum St. Gallen et le S.M.A.K. C’est Robin Watkins qui donna forme au livre.

La pratique de l’artiste suédoise Nina Canell (°1979, Växjö) se fonde sur l’étude des matériaux et des circonstances fortuites. La sculpture est pour elle un concept vaste qui comporte également l’espace et la durée d’exposition des objets. L’environnement détermine la température, l’atmosphère et la transformation des objets tout comme ils donnent forme à leur tour à ce qui les entoure.

Nina Canell collabore depuis longtemps et régulièrement avec l’artiste Robin Watkins (°1980, Stockholm). Ils réalisent des installations, des performances, des projets de films, des expositions et des livres en étroite collaboration. Watkins rédige également des textes consacrés à l’oeuvre de Canell.

Informations pratiques

  • Dimanche 22 septembre 2019 - 11:00.
  • Entrée gratuite.
  • Veuillez réserver via reservation@smak.be.
  • En anglais.

dans la catégorie: Artist Talk

photo: Zaza Bertrand
i
photo: Zaza Bertrand
photo: Zaza Bertrand
i
photo: Zaza Bertrand
photo: Zaza Bertrand
i
photo: Zaza Bertrand

Le S.M.A.K. présente pour la 11ème et dernière fois l’exposition itinérante ‘Verboden boven de 18’. Seuls les enfants et les jeunes entre 5 et 18 ans peuvent y ont accès.  Elle propose près de 50 lithographies. Cette exposition est interdite aux adultes.

De célèbres artistes actuels des quatre coins du monde ont réalisé des lithos spécialement pour l’exposition ‘Verboden boven de 18*’. 16 artistes belges, parmi lesquels Guillaume Bijl, Chantal Chapelle, Jacques Charlier, Leo Copers, Luc Deleu, Michel François, Ann-Veronica Janssens, Sven ’t Jolle, Johan Tahon, Luc Tuymans, Koen Van den Broek, Anne-Mie Van Kerckhove -  ont collaboré à ce projet au fil des années. Nous exposons 3 oeuvres d’art de chacun de ces artistes originaires de notre pays.

Les enfants achètent eux-mêmes une œuvre d’art

Les jeunes visiteurs peuvent acquérir une ou plusieurs lithos à un prix abordable (45 euro). Pour rendre les choses encore plus passionnantes, les noms des artistes ne sont pas mentionnés dans l’exposition. Ce n’est que lorsque les oeuvres d’art acquises parviennent par avion chez les jeunes collectionneurs d’art qu’ils découvrent le nom de l’artiste de l’oeuvre choisie.

À l’occasion de cette dernière édition, une série de grandes lithos réalisées par des artistes belges sont également présentées au public adulte. Ces lithos sont offertes au S.M.A.K.

 ‘Verboden boven de 18’ est une initiative de la ‘Muka Studio & Gallery’ de Nouvelle-Zélande, créée par le couple flamand Frans Baetens et Magda van Gils. Cet espace faisant office d’atelier et d’exposition à Auckland est spécialisé en lithographie.

Pratique: 

  • Les lithos sont mises en vente au prix de 45 euros pièce (max. 3 lithos par enfant ou jeune)
  • Heures d’ouverture:
  • En septembre 2019, l’expo est ouverte uniquement le samedi et le dimanche de 10:00 à 18:00 et le mercredi de 13:30 à 17:30.
  • Ph. Van Cauteren et les auteurs de l’initiative participent à un entretien le dimanche 8 septembre 2019 à 11:00.
  • Le dimanche 29 septembre 2019, les adultes curieux peuvent aussi visiter ‘Verboden boven de 18’ entre 17:00 et 18:00.

La restauratrice Frederika Huys et le chercheur Joris D’hooghe s’entretiennent sur les différents aspects de la restauration.

‘Le Pense Bête’ de Marcel Broodthaers de 1964 a été acheté en 2006 par la Communauté flamande et offert en prêt de longue durée pour rejoindre la collection du S.M.A.K. Mais, au moment de l’achat, l’oeuvre était dans un assez mauvais état, elle a subi une restauration approfondie menée par la responsable en conservation et restauration du S.M.A.K.  de l’époque, Frederika Huys*.

Lors de l’entretien entre Frederika Huys et Joris D’hooghe**, les différents aspects de la restauration de ‘Le Pense Bête’ ont été confrontés à sa valeur au sein de l’oeuvre de l’artiste sur le plan de l’histoire de l’art et du contenu.

 ‘Le Pense Bête’ est généralement considéré comme une des réalisations principales dans l’oeuvre globale de Marcel Broodthaers, parce qu’elle marque le point de départ du renoncement de Broodthaers à la poésie, qui décide de devenir artiste sculpteur. C’est la première oeuvre de Broodthaers en tant qu’artiste (conceptuel), elle comporte une série de copies de son recueil de poèmes ‘Le Pense Bête’ (qui s’est mal vendu), qu’il figea dans du plâtre les rendant ainsi illisibles et lui conférant le statut d’une sculpture contemporaine.

Informations pratiques

  • Le dimanche 22 septembre 2019 à 15:00.
  • Pour des réservations : reservation@smak.be
  • En français.
  • Entrée: un billet d’entrée au musée.
  • Plus d’infos sur le Broodthaerskabinet au S.M.A.K. 

* Frederika Huys (°1973) est propriétaire et senior conservator au Protocol Room, un studio spécialisé dans la conservation et la restauration d’art contemporain, créé en 2010. Elle débuta sa carrière en 1997 avec le projet de recherche ‘Conservation and restauration of Contemporary Artworks’ à la demande de la Communauté flamande. Elle dirigea le service conservation du S.M.A.K. de 1998 à 2010.

** Joris D’hooghe (°1982) est attaché à la Vrije Universiteit Brussel où il rédigea un doctorat consacré à l’oeuvre de Marcel Broodthaers. Critique d’art, il publie e.a.: verso, Ons Erfdeel en Kunsttijdschrift Vlaanderen et collabora au catalogue ‘Carte du monde poétique. Films, Works and documents of Marcel Broodthaers’, publié par la Herbert Foundation en 2015.

Tous les derniers jeudis du mois (sauf juillet en août), nous resterons ouverts jusqu’à 22h00. Prenez plaisir à écouter une conférence de Hamady Bocoum et des concerts de Citadelic Jazz et Kinky Star.

Découvrez l’exposition 'La Collection (1), Highlights for a Future' avec 200 œuvres de la collection au S.M.A.K. ainsi qu’au MSK Gand. Ce soir-là, nous avons prévu différentes activités : 

  • Museum Files - Conférence de Hamady Bocoum, directeur Musée des Civilisations Noires (MCN) 
  • Concert de Citadelic Jazz 
  • Kinky Star meets collection
    Plus tôt cette année, des jeunes du club de jeunes Kinky Star * ont visité l'exposition "Highlights for a Future, The Collection (I)". Après leur visite, ils ont composé une partition appropriée en complément ou en dialogue avec une œuvre qui les a inspirés. Pendant la nocturne, ils jouent cette interprétation en direct à la source d'inspiration. 

Infos pratiques

  • Les deux musées restent ouverts jusqu’à 22h00.
  • Inscrivez-vous pour la conférence via reservation@smak.be.


 

Cette conférence est l’occasion pour le directeur du musée, Hamady Bocoum, d’expliquer l’histoire et la mission du musée.

Le Musée des Civilisations Noires (MCN) a été inauguré en décembre 2018. Il concrétise le paysage muséal africain qui connaît une évolution rapide et son ambition de montrer, conserver et gérer son patrimoine propre. 

Le MCN trouve son origine dans la riche scène artistique et intellectuelle de la capitale du Sénégal. On peut considérer le musée comme l’enfant spirituel de Léopold Sédar Senghor, le premier président du Sénégal indépendant et le représentant du mouvement de la Négritude qui s’est opposé au colonialisme culturel de la France. Partant de cet héritage, le MCN poursuit la revalorisation de la culture, de l’identité et de l’historiographie ‘noire’ au sein d’un monde globalisé. En évitant des concepts tels que l’ethnographie, l’anthropologie ou le subaltern – empruntés à une pensée occidentale et (post)coloniale – dans le projet du musée, un pas essentiel a été franchi pour reconstruire la mémoire collective de la communauté africaine et de sa diaspora. Dans le cadre de l’action muséale, la préférence s’est portée sur un programme dynamique qui expose aussi des bien des objets historiques que des artistes contemporains plutôt que sur une présentation permanente des collections.

Le musée n’en est pas moins une voix importante dans le débat sur la restitution ou la rétrocession d’objets acquis de manière illégitime et qui font partie de collections muséales et privées en dehors de l’Afrique. Il plaide en faveur d’une recherche approfondie sur la provenance de ces objets et le privilège de chaque pays de gérer son patrimoine culturel. Cette position trouve également un écho en Belgique qui formula avec une certaine prudence les premières visions sur la restitution d’objets acquis au cours de sa période coloniale au Congo. Cette conférence souhaite apporter une contribution concrète à ce débat récent.

La conférence fait partie du programme public de ‘Highlights for a Future: De Collectie (I)’. Le S.M.A.K. souhaite développer une série de pistes de réflexion sur l’avenir du musée à l’occasion de cette exposition. Partant de la constatation que l’action muséale ne peut absolument pas être perçue comme un concept universel à l’heure actuelle ou ne peut pas être pensée comme une histoire linéaire, différents orateurs ont été invités à présenter d’autres modèles de musées.

Informations pratiques:

  • Le jeudi 5 septembre 2019 à 19h30. 
  • Inscrivez-vous via reservation@smak.be.
  • En français.
  • Le musée sera ouvert jusqu'à 22h00 ce soir-là.

Le S.M.A.K. présente actuellement près de 200 oeuvres provenant de la collection de l’exposition ‘De Collectie (I): Highlights for a Future’, aussi bien au S.M.A.K. qu’au MSK. 

Depuis des oeuvres iconiques e.a. de Panamarenko, Francis Alÿs, Marcel Broodthaers, Mark Manders jusqu’à des perles moins connues de Sophie Nys, Charbel-Joseh H. Boutros, Nina Canell et Pascale Marthine Tayou, par exemple.

La dimension sous-jacente de cette exposition est le besoin de créer à Gand un bâtiment à part entière consacré à l’art contemporain, afin de conserver et de présenter la collection dans les meilleures conditions possibles tant au dépôt que dans le musée.

Pour mettre ce problème en lumière, nous organisons diverses actions pour souligner la nécessité d’un musée plus vaste. En collaboration avec Radio 2, nous allons par exemple rechercher cinq habitants de Flandre orientale pour exposer une oeuvre d’art de notre collection chez eux et nous demandons à des habitants et des commerçants de Gand d’accrocher une affiche reproduisant une oeuvre d’art provenant du dépôt du S.M.A.K.

Dans le cadre du projet ‘Road of Change’, 15 jeunes ont été invités par Vluchtelingenwerk Vlaanderen, pendant le congé de Carnaval, à rencontrer des réfugiés le long des frontières européennes.

Ils ont réalisé ensemble un drapeau personnel au cours d’un mini-atelier, dont vous pouvez voir le résultat dans le hall d’entrée du S.M.A.K. On demanda aux réfugiés de désigner trois valeurs essentielles qui leur semblent importantes dans la vie et de leur associer une couleur et une forme. Ensuite, ils se sont basés sur ces couleurs pour composer un drapeau personnel. Ces esquisses ont permis à l’artiste graphiste Edouard Schneider de concevoir le projet final pour les drapeaux qui représentent des thèmes universels, tels que l’amour, la paix, la compassion, la famille, l’enseignement et la patrie.

www.roadofchange.be

dans la catégorie: S.M.A.K. Bouge Jeunes

Planifiez une sortie idéale en famille au S.M.A.K. et au MSK.

Cette année, le S.M.A.K. a vingt ans: c’est le moment idéal pour découvrir une partie de notre collection au S.M.A.K. et au MSK. Près de 200 oeuvres vous entraînent dans un labyrinthe passionnant sur l’art contemporain. Des oeuvres iconiques de Francis Bacon, Gerhard Richter, Berlinde De Bruyckere et Panamarenko alternent avec des perles cachées e.a. de Mekhitar Garabedian, Kathe Burkhart et Hamza Halloubi.

Par beau temps, vous pouvez savourer un pique-nique dans le parc de la Citadelle. Ensuite, vous traversez les deux musées en suivant une de nos routes (en néerlandais). Et vous clôturez votre visite par une boisson sur la terrasse du S.M.A.K. ou une partie de balançoire dans l’aire de jeux.

dans la catégorie: Pour enfantsEnfants

Le S.M.A.K. dispose depuis mars 2019 d’un inventaire exhaustif * de la collection se composant de sept parties. Outre les reproductions, plus de 300 textes consacrés aux artistes principaux peuvent être consultés.

Six parties sur les sept présentent les 2000 oeuvres d’art de la collection dans l’ordre alphabétique, chaque oeuvre d’art étant accompagnée d’une reproduction et de l’information de base correspondante.

Outre les reproductions, il est également possible de consulter des textes consacrés à plus de 300 artistes principaux de la collection, rédigés par différents auteurs au cours des 5 dernières années. Parmi les contributions, citons les noms de Katrien Blanchaert, Jo Coucke, Isabelle De Baets, Marie Decoodt, Ory Dessau, Wouter De Vleeschouwer, Lotte Devoeght, Martin Germann, Julie Verheye et Thibaut Verhoeven.

Ce volume en six parties comporte aussi un carnet proposant des contributions explicatives sur l’histoire et l’état actuel de la collection du S.M.A.K., rédigé par Philippe Van Cauteren et Thibaut Verhoeven.

C’est un exemplaire unique que l’on peut commander selon le principe ‘print on demand’ au prix de 499 euros. Pour de plus amples informations ou pour commander ce catalogue, vous pouvez adresser un mail à leen@smak.be

*l’inventaire de la collection intégrale décrit toutes les oeuvres d’art dont le S.M.A.K. a la gestion et dont on présume qu’elles ne quitteront jamais la collection. Il n’inclut pas les oeuvres d’art faisant l’objet d’un prêt de longue durée sans perspective d’acquisition pour la collection.

Le S.M.A.K. présente pour la 11ème et dernière fois le projet d’exposition itinérant ‘Interdit au-dessus de 18 (Verboden boven de 18), cette fois-ci avec une cinquantaine d’oeuvres d’art. Cette exposition est zone interdite pour les adultes, seuls les enfants et les jeunes entre 5 et 18 ans y sont autorisés.

‘Verboden boven de 18’ est une initiative de la ‘Muka[1] Studio & Gallery’ de Nouvelle-Zélande, un espace d’atelier et d’expositions à Auckland, spécialisé en lithographie, créé par le couple flamand Magda Van Gils et Frans Baetens. De célèbres artistes actuels venant de tous les coins du monde ont réalisé des lithographies spécialement destinées à un jeune public. 16 artistes belges y ont également participé au fil des années. Au cours de cette édition, nous exposons trois oeuvres d’art de chacun de ces artistes de notre cru: Guillaume Bijl, Chantal Chapelle, Jacques Charlier, Leo Copers, Luc Deleu, Michel François, Ann Veronica Janssens, Jus Juchtmans, Johan Tahon, Christophe Terlinden, Luc Tuymans, Sven ’t Jolle, Koen van den Broek, Jan Van Imschoot, Annemie Van Kerckhoven et Joke van Leeuwen.

Les jeunes visiteurs ne sont pas seulement invités à satisfaire leur regard mais ils y trouveront aussi des informations sur la technique de la lithographie. Face à l’oeuvre d’art qui leur touche le plus, nous leur demandons d’expliquer la raison de leur choix et le titre auquel ils pensent. En outre, les jeunes visiteurs peuvent acquérir une ou plusieurs lithos à un prix abordable. Ils font leur choix eux-mêmes, sans être influencés par des adultes, mais ils sont accompagnés d’un collaborateur du musée. Pour rendre les choses encore plus passionnantes, les noms des artistes ne sont pas mentionnés dans l’exposition. Ce n’est que lorsque les oeuvres d’art acquises parviennent par avion chez les jeunes collectionneurs d’art qu’ils découvrent le nom de l’artiste de l’oeuvre choisie.

A titre de bonus pour cette dernière édition de ‘Verboden boven de 18’, quelques grandes lithos d’artistes belges sont présentées. Aussi les visiteurs de plus de 18 ans ont accès à cette partie-là. ‘Muka’ offre ces lithos au S.M.A.K.

Heures d’ouverture:

  • Du samedi 24/8 au samedi 31/8 inclus: tous les jours (sauf le lundi) de 10h à 18h
  • Du dimanche 1/9 au dimanche 29/9 inclus, ouvert uniquement les samedis et les dimanches de 10h à 18h et les mercredis de 13h30 à 17h30
  • Pendant la dernière heure de l’exposition, le dimanche 29/9 de 17h à 18h, les adultes un peu trop curieux peuvent aussi jeter un oeil, mais la vente sera déjà clôturée.

Entretien:

Le dimanche 8 septembre à 11h, le directeur artistique du S.M.A.K., Philippe Van Cauteren, aura un entretien avec les auteurs de l’initiative Frans Baetens et Magda Van Gils.

[1] ‘Muka’ est un terme qui vient du maori, la langue des habitants originaux de Nouvelle-Zélande. Il signifie de manière générale ‘tout ce qui rassemble les hommes’, ou plus spécifiquement ‘le moyen par lequel un esprit ou une idée communique avec les hommes’.

dans la catégorie: Pour enfantsEnfants

L'organisation Pukkelpop travaille en collaboration avec le secteur artistique pour mettre les jeunes en contact avec l'art et le patrimoine. Pendant le festival, diverses formes d'art seront au cœur de l'événement à divers endroits sur le site du festival.

La programmation d'ART United est (presque) terminée. Les artistes sélectionnés ont été choisis non seulement pour mais aussi par de jeunes.

Pendant Pukkelpop vous pouvez aller à un Concert A.I..: The Promethean Promise, un algorithme musical auto-apprenant qui peut contrôler plusieurs instruments en même temps et connaît plus de chansons que n'importe qui. Dans Hidden Expo, vous pouvez chercher des œuvres d'art cachées dans des endroits inattendus sur le site du festival.MetalYoga est une combinaison de yoga et - en fait - de métal. Des exercices passionnants sur la musique serrée, c'est aussi (un) art. The Ice Cream Guy tentera de séduire le visiteur avec une glace spéciale, Cloud 9 est un nuage organique qui vibre sur l'énergie du festival. L'intégralité du programme ART United est disponible ici.

La coopération entre Pukkelpop, dix musées, des institutions artistiques et des partenaires de soutien vise à mettre les jeunes en contact avec l'art et la vie artistique hors des murs du musée.

ART Yard
L'an dernier, le Dôme, la coupole des arts sur le site du festival, s'est avéré être un lieu de rencontre fructueux pour les musées et les Pukkelpoppers. Cette année, le Dôme sera remplacé par ART Yard, un site encore plus grand en face du Main Stage. Les visiteurs peuvent découvrir l'art sous différentes formes et formes sur le site du festival.

INFO PRATIQUE 

  • ART United à Pukkelpop
  • Du vendredi 16 août au dimanche 18 août 2019
  • Zone artistique en face du Main Stage + sur le site du festival
  • Site web Pukkelpop

dans la catégorie:

Photo by Beto Riginik for Artsy
i
Photo by Beto Riginik for Artsy

La collection Moraes-Barbosa occupe une place particulière dans le paysage artistique brésilien. Pedro Barbosa entre en conversation sur la manière dont une collection peut être significative au niveau personnel, historique et de recherche.

L'achat d'une œuvre cinétique de Jesús Rafael Soto en 1999 a marqué le début de la collection Moraes-Barbosa. Elle contient tant de l'art conceptuel des années 1960-80 avec des œuvres de Robert Barry, Stanley Brouwn et Cildo Meireles que des œuvres d’une plus jeune génération d'artistes qui continuent à travailler à partir de cet héritage artistique, tels que Cameron Rowland, Park McArthur, Ken Okiishi, Iman Issa et Mario Garcia Torres. Dans le cadre du processus de collecte, l'attention s'est progressivement déplacée de l'objet d'art vers des formes et des documents plus éphémères ou vers ce que le collectionneur appelle « l'art dématérialisé ». Des archives impressionnantes de cartes d'invitation, de magazines d'art rares, d'affiches, de livres d'artistes, de catalogues et d'enregistrements audio et vidéo, entre autres, couvrent une grande partie du travail et donnent un aperçu des œuvres artistiques. L'échange d'idées et de relations est favorisé avec ambition, passion et précision. Les nombreuses initiatives entreprises par le biais de la collection incluent également un programme de résidence pour artistes et conservateurs.

Infos pratiques:

  • Dimanche 9 juin 2019 à 14h00
  • En anglais
  • L’accès est gratuit avec un billet d’entrée au musée. Une carte du musée donne accès à plusieurs conférences, ou vous pouvez devenir Ami du S.M.A.K. / Vriend v/h S.M.A.K. et visiter le musée aussi souvent que vous le souhaitez https://smak.be/fr/amis-du-smak /devenez-membre

dans la catégorie: Collection

Joëlle Tuerlinckx 1/MUSÉE 1999–2016 Bluestone, chalk, fixative / Blauwsteen, krijt, fixatief 30 x 30 x 2 cm Foto: Thomas Min
i
Joëlle Tuerlinckx 1/MUSÉE 1999–2016 Bluestone, chalk, fixative / Blauwsteen, krijt, fixatief 30 x 30 x 2 cm Foto: Thomas Min

L’artiste collectif gerlach en koop a réalisé l'exposition en 2016 : avec la collection du Bonnefantenmuseum de Maastricht à l'invitation de la conservatrice Paula van den Bosch. Le S.M.A.K. a le plaisir d’entrer en dialogue avec eux à l’occasion de la parution de la publication de l'exposition.

Dans l’exposition et la publication, gerlach en koop présentent l’idée d’une collection de musée qui se constitue elle-même, malgré les efforts dévoués des conservateurs successifs (y compris les artistes invités) pour organiser la conservation de la collection et des directeurs successifs pour lui donner une direction. L’impression excentrique - excentrique au sens réel du terme de « décentré » - que l’exposition a laissée peut s’expliquer par le simple fait que la collection n’a pas été exposée préalablement de cette manière, presque non masquée.

Cubics, le catalogue des œuvres des architectes et designers Jan Slothouber et William Graatsma de 1970, a servi d’exemple à la publication, permettant de soutenir ainsi les œuvres sous forme imprimée, comme leur système de blocs a soutenu les œuvres de l’exposition. La publication contient une longue interview avec les artistes par un prête plume anonymisé, en néerlandais et en anglais. Conception de Charles Mazé et Coline Sunier en étroite collaboration avec gerlach en koop. Toutes les œuvres d'art exposées sont reprises dans la publication : œuvres de Francis Alÿs, Dan Asher, Joseph Beuys, Marcel Broodthaers, Pieter Brueghel, Ben d'Armagnac, Bethan Huws, Oscar Jespers, Richard Serra, Marijn van Kreij, Agnès Martin, Willem Martin, de Rooij , Lily van der Stokker, Joëlle Tuerlinckx, Franz West et bien d’autres, ainsi que divers objets anonymes de différentes époques et de différentes origines.

  • Dimanche 9 juin 2019 à 15h00
  • En Néerlandais
  • L’accès est gratuit avec un billet d’entrée au musée. Une carte du musée donne accès à plusieurs conférences, ou vous pouvez devenir Ami du S.M.A.K. / Vriend v/h S.M.A.K. et visiter le musée aussi souvent que vous le souhaitez.

gerlach et koop habitent et travaillent à Bruxelles et La Haye. L’artiste collectif a eu des expositions en solo au Bonnefantenmuseum, Maastricht (2016); Temporary Gallery, Cologne (2016); de Appel, Amsterdam (2015); Kröller-Müller Museum, Otterlo (2008); et Van Abbemuseum, Eindhoven (2004), entre autres. Le collectif a été sélectionné pour la 12e Baltic Triennial, Vilnius, Lithuanie et Kraków, Pologne (2015), ainsi que pour des expositions de groupe, entre autres Zerynthia, Sassari, Italie (2018); de Appel, Amsterdam (2014, 2010); Mu.ZEE, Ostende (2013); Stroom La Haye (2013); Vleeshal, Middelbourg (2012); Hammer Museum, Los Angeles (2018); Kunstverein, Amsterdam (2016); La Criée, Rennes, France (2017/2018); S.M.A.K., Gand (2009) et GAK Brême (2019)

 

dans la catégorie: Artist TalkCollection

Tous les derniers jeudis du mois (sauf juillet et août), nous resterons ouverts jusqu’à 21h00. Prenez plaisir à écouter une conférence et un concert de Citadelic Jazz. 

Découvrez l’exposition 'La Collection (1), Highlights for a Future' avec 200 œuvres de la collection au S.M.A.K. ainsi qu’au MSK Gand. Ce soir-là, nous avons prévu différentes activités : 

Concert jazz Citadelic Jazz avec Ruben Machtelinckx

Ruben Machtelinckx est l'un des meilleurs musiciens contemporains de Belgique. En peu de temps, il est devenu un compositeur et guitariste respecté avec un son bien à lui. "Spécialement recommandé aux fans de banjo à la recherche de quelque chose de différent, mais l'ambiance minimaliste est grande pour ceux qui ne savaient même pas qu'ils aimaient le banjo." **** All about jazz

Info sur les artistes via ce lien

Présentation du livre & Talk show Prison Drawings

Depuis 2015, S.M.A.K. organise régulièrement des ateliers dans la prison de Gand avec le SKI et De Rode Antraciet. Ces ateliers font suite à 'The Borderline Books', une série de livres d'art contenant un dialogue de dessins entre des prisonniers de la prison de Gand et des étudiants du SKI (Institut d'art secondaire). Dans le pavillon S.M.A.K. Bouge vous pouvez visiter l'exposition 'The Borderline Books' et le livre 'Prison Drawings' est présenté. Que signifie travailler avec des détenus et pourquoi de tels projets sont-ils nécessaires?

Cliquez ici pour plus d'informations sur le projet.

Infos pratiques

  • Les deux musées restent ouverts jusqu’à 21h00.
  • Entrée : billet d’entrée au musée à 15 euros | à partir de 20h30 – deuxième concert : 10 euros.
  • Autres nocturnes le 5 septembre 2019.

dans la catégorie: Evénement - Performance

Foto Kurt Stockman
i
Foto Kurt Stockman
Foto Kurt Stockman
i
Foto Kurt Stockman
Foto Kurt Stockman
i
Foto Kurt Stockman
Foto Kurt Stockman
i
Foto Kurt Stockman


Actuellement l'exposition 'The Borderline Books' se déroule dans le pavillon S.M.A.K. Bouge. L'exposition donne un aperçu de la perception des résidents de la prison de Gand et des jeunes artistes en devenir de l'Institut d'Art Secondaire (SKI).

 

Le point de départ du projet était de rapprocher les prisonniers de la prison de Gand et les étudiants de SKI tout en dessinant. Le support de ce dialogue était constitué de 25 carnets de croquis vides. De petits groupes d'élèves, accompagnés de certains de leurs enseignants, se sont rendus à la prison toutes les quatre semaines et ont invité les détenus à dessiner avec eux dans les livres.

Environ seize personnes pouvaient assister à chaque atelier. La moitié des livres sont restés à la bibliothèque de la prison entre les ateliers afin que ceux qui étaient intéressés puissent continuer à dessiner dans la cellule. L'autre moitié des livres est retournée à l'école. La question pour les dessinateurs était de répondre aux dessins de chacun. De cette façon, un échange visuel a eu lieu entre les participants aux livres; un dialogue coloré dans les dessins.

'The Borderline Books' est une collaboration entre S.M.A.K., le SKI, De Rode Antraciet et la prison de Gand. Winnie Bauwens a enregistré cette collaboration spéciale et réalisé un court documentaire qui sera également présenté lors de l'exposition.

Infos pratiques:

  • L'exposition se tient du 18 mai au 14 juillet 2019.
  • La présentation du livre 'Prison Drawings' aura lieu le jeudi 6 juin 2019 à 20h00 (pendant la nocturne).

Après 'Light Sensitivity', cette exposition est la deuxième exposition au pavillon de S.M.A.K. Bouge conçu par Olivier Goethals.

LIVRE PRISON DRAWINGS

En collaboration avec la maison d'édition Hannibal, une sélection de dessins a été intégrée au livre 'Prison Drawings'. Ce livre sera publié le 6 juin 2019 pendant la nocturne. Le livre montre une grande diversité d'impressions, d'impulsions, de styles et de thèmes. C'est aussi le résultat impressionnant des trente-deux ateliers organisés auxquels près de cinq cents personnes ont participé.
 


 

dans la catégorie: S.M.A.K. Bouge Gedetineerden

Foto Kurt Stockman
i
Foto Kurt Stockman

L'exposition 'The Collection (1), Highlights for a Future', est l'occasion d'une série de discussions sur le rôle en pleine mutation des musées au sein des communautés. Dans ce talk-show, l'attention est accordée aux activités avec les jeunes gens.


S.M.A.K. s’engage à faire participer les jeunes, qui n’ont normalement guère droit à l’art et aux musées, aux expositions. À travers des ateliers artistiques, les jeunes peuvent découvrir des intérêts et développer leurs talents. En collaboration avec diverses écoles, telles que le 'Centrum Leren en Werken' de Gand, divers projets tels que Paintshop et Shadowlife ont été réalisés au cours des dernières années. Comment impliquer des jeunes de leur propre expérience dans l'art contemporain?

Infos pratiques

  • Mercredi 29 mai 2019 - 16h00.
  • Admission: ticket musée. Réservation: reservation@smak.be
  • En Néerlandais

S.M.A.K. Bouge talk-shows

L'exposition 'La collection (1), Highlights for a Future'est l'occasion d'une série de discussions sur le rôle en pleine mutation des musées au sein des communautés. Alors que, dans le passé, les musées travaillaient principalement dans une perspective historico-artistique, l'attention se porte maintenant sur la pertinence sociale et le rôle joué par le public. Le musée assume également de nouvelles tâches: il cherche activement à se connecter à la société et se déplace parfois vers le travail socioculturel.

Katleen Vermeulen (Amarant) reçoit divers partenaires du programme 'S.M.A.K. Bouge' dans le cadre de cinq émissions-débats, d'activités de formation et de guides. Cela inclut, entre autres, l’effet structurel de S.M.A.K. sur des projets avec des prisonniers, des réfugiés, des personnes atteintes de démence, des jeunes et des enfants. Les talk-shows commencent à 16h00 à l'exception du talk-show 'Prison Drawings' lors de la nocturne du jeudi 6 juin à 20h00.

22 mai 2019 - Éducation
29 may 2019 - Jeune public
6 juin 2019 - Prison Drawings - exceptionnellement à 20h00
19 juin 2019 - Refugiés
18 septembre 2019 - Démence DEMO MEMO

dans la catégorie: S.M.A.K. Bouge Jeunes

L'exposition 'The Collection (1), Highlights for a Future', est l'occasion d'une série de discussions sur le rôle en pleine mutation des musées au sein des communautés. Dans ce talk-show, l'attention est accordée aux projets avec les détenus.


Depuis 2015, S.M.A.K. organise régulièrement des ateliers avec le SKI et De Rode Antraciet dans le prison de Gand. Ces ateliers ont abouti à 'The Borderline Books', une série de livres d'art contenant un dialogue en dessins entre les prisonniers et des étudiants de l' SKI (Institut d'Art Secondaire). 

Dans le pavillon de S.M.A.K. Bouge 'The Borderline Books' sont exposés et le livre 'Prison Drawings' est présenté. Que signifie travailler avec des détenus et pourquoi de tels projets sont-ils nécessaires?

Infos pratiques

  • Jeudi 6 juin 2019 - 20h00.
  • Admission: ticket musée. Réservation: reservation@smak.be
  • En Néerlandais

S.M.A.K. Bouge talk-shows

L'exposition 'La collection (1), Highlights for a Future' est l'occasion d'une série de discussions sur le rôle en pleine mutation des musées au sein des communautés. Alors que, dans le passé, les musées travaillaient principalement dans une perspective historico-artistique, l'attention se porte maintenant sur la pertinence sociale et le rôle joué par le public. Le musée assume également de nouvelles tâches: il cherche activement à se connecter à la société et se déplace parfois vers le travail socioculturel.

Katleen Vermeulen (Amarant) reçoit divers partenaires du programme 'S.M.A.K. Bouge' dans le cadre de cinq émissions-débats, d'activités de formation et de guides. Cela inclut, entre autres, l’effet structurel de S.M.A.K. sur des projets avec des prisonniers, des réfugiés, des personnes atteintes de démence, des jeunes et des enfants. Les talk-shows commencent à 16h00 à l'exception du talk-show 'Prison Drawings' lors de la nocturne du jeudi 6 juin à 20h00.

dans la catégorie: S.M.A.K. Bouge Gedetineerden

L'exposition 'The Collection (1), Highlights for a Future', est l'occasion d'une série de discussions sur le rôle en pleine mutation des musées au sein des communautés. Dans ce talk-show, l'attention est accordée aux projets avec les réfugiés.


Le musée en tant qu'espace public pour chaque individu est réalisé, entre autres, en impliquant des personnes et des artistes ayant une expérience d'évasion. S.M.A.K. essaie de différentes manières de montrer sa solidarité avec ce groupe vulnérable et coopère avec divers partenaires tels que l'asbl Humain, Globe Aroma et Vluchtelingenwerk Vlaanderen. Nous entamons des discussions avec divers partenaires.

Infos pratiques

  • Mercredi 19 juin 2019 - 16h00.
  • Admission: ticket musée. Réservation: reservation@smak.be
  • En Néerlandais

S.M.A.K. Bouge talk-shows

L'exposition 'La collection (1), Highlights for a Future' est l'occasion d'une série de discussions sur le rôle en pleine mutation des musées au sein des communautés. Alors que, dans le passé, les musées travaillaient principalement dans une perspective historico-artistique, l'attention se porte maintenant sur la pertinence sociale et le rôle joué par le public. Le musée assume également de nouvelles tâches: il cherche activement à se connecter à la société et se déplace parfois vers le travail socioculturel.

Katleen Vermeulen (Amarant) reçoit divers partenaires du programme 'S.M.A.K. Bouge' dans le cadre de cinq émissions-débats, d'activités de formation et de guides. Cela inclut, entre autres, l’effet structurel de S.M.A.K. sur des projets avec des prisonniers, des réfugiés, des personnes atteintes de démence, des jeunes et des enfants. Les talk-shows commencent à 16h00 à l'exception du talk-show 'Prison Drawings' lors de la nocturne du jeudi 6 juin à 20h00.

dans la catégorie: S.M.A.K. Bouge

Foto Kurt Stockman
i
Foto Kurt Stockman

L'exposition 'The Collection (1), Highlights for a Future', est l'occasion d'une série de discussions sur le rôle en pleine mutation des musées au sein des communautés. Dans ce talk-show, l'attention est accordée à l'éducation.

Découvrez des histoires d’éducation sur la façon dont ils travaillent avec les étudiants au musée. L'immersion dans l'art contemporain n'est plus perçue comme une tâche de guide, mais un moment moteur dans une ligne d'apprentissage culturel est recherché.

Journée des Enseignants:

Pendant cette journée d’enseignants, vous recevrez une explication des 5 itinéraires différents que le S.M.A.K. propose lors de l'exposition de la collection. Avec un guide S.M.A.K., vous créez un itinéraire sur mesure pour votre classe et vous faites connaissance du dossier de cours '20 ans de S.M.A.K.'. L'accent est mis sur l'élève de transfert inférieur / secondaire.

Infos pratiques

  • Mercredi 22 mai 2019.
  • Début Journée des Enseignants à 13h30 - plus d'information + réservation via KLASSE
  • Début talk-show 'Éducation' à 16h00.
  • Admission: ticket musée. Réservation: reservation@smak.be
  • En Néerlandais.

S.M.A.K. Bouge talk-shows


L'exposition 'La collection (1), Highlights for a Future' est l'occasion d'une série de discussions sur le rôle en pleine mutation des musées au sein des communautés. Alors que, dans le passé, les musées travaillaient principalement dans une perspective historico-artistique, l'attention se porte maintenant sur la pertinence sociale et le rôle joué par le public. Le musée assume également de nouvelles tâches: il cherche activement à se connecter à la société et se déplace parfois vers le travail socioculturel.

Katleen Vermeulen (Amarant) reçoit divers partenaires du programme 'S.M.A.K. Bouge' dans le cadre de cinq émissions-débats, d'activités de formation et de guides. Cela inclut, entre autres, l’effet structurel de S.M.A.K. sur des projets avec des prisonniers, des réfugiés, des personnes atteintes de démence, des jeunes et des enfants. Les talk-shows commencent à 16h00 à l'exception du talk-show 'Prison Drawings' lors de la nocturne du jeudi 6 juin à 20h00.

  • 22 mai 2019 - Éducation
  • 29 mai 2019 - Projets avec un jeune public
  • 6 juin 2019 - Prison Drawings - exceptionnellement à 20h00
  • 19 juin 2019 - Refugiés
  • 18 septembre 2019 - Démence DEMO MEMO

 


 

dans la catégorie: S.M.A.K. Bouge

L'exposition 'The Collection (1), Highlights for a Future', est l'occasion d'une série de discussions sur le rôle en pleine mutation des musées au sein des communautés. Dans ce talk-show, l'attention est accordée aux projets avec les personnes atteintes de démence.


S.M.A.K. organise régulièrement des réunions pour les personnes atteintes de démence en collaboration avec The Courage To Grow Old. Ainsi les personnes atteintes de démence peuvent, avec leur partenaire ou aidant, visiter S.M.A.K. d'une manière très décontractée. Cette visite stimule de multiples sens: il y a de la musique, les gens regardent, écoutent, discutent… Nous discutons avec Bie Hinnekint, la force motrice de Demo Memo et Gudrun de 'het Ventiel', une opération d'accompagnement pour les personnes atteintes de démence jeune.

Infos pratiques

  • Mercredi 18 septembre 2019 - 16h00.
  • Admission: ticket musée. Réservation: reservation@smak.be
  • En Néerlandais

S.M.A.K. Bouge talk-shows

L'exposition 'La collection (1), Highlights for a Future' est l'occasion d'une série de discussions sur le rôle en pleine mutation des musées au sein des communautés. Alors que, dans le passé, les musées travaillaient principalement dans une perspective historico-artistique, l'attention se porte maintenant sur la pertinence sociale et le rôle joué par le public. Le musée assume également de nouvelles tâches: il cherche activement à se connecter à la société et se déplace parfois vers le travail socioculturel.

Katleen Vermeulen (Amarant) reçoit divers partenaires du programme 'S.M.A.K. Beweegt' dans le cadre de cinq émissions-débats, d'activités de formation et de guides. Cela inclut, entre autres, l’effet structurel de S.M.A.K. sur des projets avec des prisonniers, des réfugiés, des personnes atteintes de démence, des jeunes et des enfants. Les talk-shows commencent à 16h00 à l'exception du talk-show 'Prison Drawings' lors de la nocturne du jeudi 6 juin à 20h00.

dans la catégorie: S.M.A.K. Bouge

Performances, concerts, ateliers, interventions pour les 20 ans du S.M.A.K. le samedi 18 et le dimanche 19 mai 2019.

À l’occasion de son vingtième anniversaire, le S.M.A.K. invite des artistes, musiciens, poètes, danseurs, écrivains, associations,… pour intervenir au musée d’aujourd’hui et formuler des propositions pour le musée de demain.

Un programme inhabituel se déroule au cours du week-end. De manière continue, mais sans logique réelle, des interventions directes, courtes, longues, silencieuses et bruyantes se succèdent. Quelles que soient leurs différences, aucune d’elles ne perd jamais de vue le musée et sa collection. Tout cela se passe à l'intérieur et l'extérieur de S.M.A.K., MSK et Floraliënhal.

Le S.M.A.K. prévoit un package d'activités pour les enfants. Il y aussi la possibilité de manger et de boire quelque chose au café du musée et à la Floraliënhal. 

Information pratique

  • S.M.A.K. et MSK
  • Programme samedi 18 mai 2019 - de 10h00 à 00h00.
  • Programme dimanche 19 mai 2019 - de 10h00 à 20h00.
    • Ceci est un programme préliminaire et est donc sujet à changement.
  • Prix d’entrée:
    • Performances, concerts, ateliers et interventions en dehors des murs du musée et du hall d'entrée de S.M.A.K. et MSK et dans le Floraliënhal = gratuits.
    • Tout ce qui se passe dans le musée = ticket musée - ONLINE TICKETS
  • Large offre d’ateliers, visites guidées, conférences,…

Avec 019: Klaas Rommelaere, action zoo humain, Angel Vergara, Apparatus 22, Bart Stolle, Ben Benaouisse, Benjamin Verdonck, buren, cinemaximiliaan, De Propere Fanfare van de Vieze Gasten, Dirk Veulemans, Els Moors & Miriam Rohde, Friends of S.M.A.K.: Evelyn Taocheng Wang, Eva Luna Moons – Petra Pucekova – Marthe Thys – Nicolas Van Laere, Filip Rathé, Fluwelen Koord, G A U S S, Grace Ndiritu, Guillaume Bijl, Guy Woueté, Hannah Mevis, honoré d’O, Inge Braeckman, Ištvan Išt Huzjan, Joris Van de Moortel & SPECTRA Ensemble o.l.v. Filip Rathé en i.s.m. Thomas de Prins, Kristof Van Gestel & Gezeever, Laura Nsengiyumva & Joachim Ben Yakoub, Les Brasseurs: Armand Lestard - Baptiste Brunello & Aurélie William Levaux - Eric Therer / Quelques piétons - Evelin Brosi & Elvis Bonier - Messieurs Delmotte, Loek Grootjans, Maarten Inghels, Mama’s Open Mic, Maria Degrève / Lieve D’hondt, Marie Julia Bollansée, Mauro Pawlowski, Lien Van Ranst, Lieselotte Vloeberghs, Mais Quelle Chanson, Michiel Alberts, Monday Wilkinson, Pierre Muylle, Platform-K en Break-out, Robbert & Frank Frank & Robbert, Roel Heremans, Ruben Nachtergaele, Shervin Kianersi Haghighi & Christian Hansen, SPECTRA Ensemble, Stefaan Dheedene, The Valerie Solana’s, Teun Verbruggen & Andrew Claes, Vedran Kopljar, Young Friends of S.M.A.K.: buren.

Workshops & activités by S.M.A.K., BILL, Ciné Martiko, CIRQ, Everblock Systems, Jeugd & Poëzie, MishMash, MSK Educatie, MSK Schoonvolk, Ruben Nachtergaele, S.M.A.K. Gouden Gidsen, S.M.A.K. restauratieteam, Stad Gent jeugdanimatoren et Topo Copy.

dans la catégorie: Evénement - Performance

'TILL IT'S OVER est une coopération pluridisciplinaire entre le Theatercollectief SKaGeN et l’artiste plasticien américain Richard Jackson autour des thèmes de la guerre civile, de la tendresse et de la vengeance.

Richard Jackson a réalisé une installation sur base de la célèbre peinture de guerre Guernica de Picasso. Les acteurs Valentijn Dhaenens et Clara van den Broek créent une performance théâtrale basée sur le même thème. Comment deux personnes vont-elles gérer les conséquences d’une violence extrême, et quel est l’impact résiduel lorsque le temps aura fait son travail ? Est-ce que la violence peut nous rapprocher les uns des autres ? Nous transcendons-nous plus profondément les uns les autres et devenons-nous connectés malgré ou même à cause de la violence que nous nous faisons mutuellement? La violence crée-t-elle une intimité?

Les installations du peintre d’action Richard Jackson expriment souvent une conséquence : qu’est-ce qui reste visible après une action physique forte ? Dhaenens et van den Broek se laissent toucher et tant que performers par l’œuvre de Jackson et se comportent par rapport au contexte qu’il crée.

Pratique

  • Floraliënhal près du S.M.A.K.
  • 26 mai et 2 juin 2019, à 14h00 respectivement.
  • 17 au 29 septembre 2019, performance à des heures différentes, pas le lundi.
  • Site web SKaGeN.
  • Vous pouvez acheter des tickets via ce lien

'TILL IT'S OVER est une coopération entre SKaGeN, Richard Jackson, S.M.A.K. Gand, C-Mine Genk, la Koninklijke Academie voor Schone Kunsten Anvers et DE Studio / Villanella.  

Concept et jeu : Valentijn Dhaenens et Clara van den Broek / Œuvre visuelle : Richard Jackson

Mise en scène du mouvement : Charlotte Vanden Eynde
Conception des costumes : Barbara De Laere
Son et direction technique : Jeroen Wuyts
Direction de la production : Karen Van Peel
Direction de la gestion : Korneel Hamers
Production : SKaGeN ism Villanella/DEStudio
Co-production : SMAK, C-TAKT, KASKA

Avec le soutien de la Communauté flamande

Avec nos remerciements à Latze Dieye, Matar Diouf, Patrick Da Silva Rosa, Louise Goegebeur, Joris Goorden, crew Villanella

dans la catégorie: Evénement - Performance

Poortenbos 2 : une nouvelle suite pour quatuor de saxophones et un accordéon DECAP automatique.

30 ans après Poortenbos, la première grande composition écrite par Eric Sleichim pour quatuor de saxophones à la demande de Jan Hoet, Eric Sleichim et BL!NDMAN [sax] ont créé Poortenbos 2 : une nouvelle suite pour quatuor de saxophones et un accordéon DECAP automatique.

Pendant l’exposition « De Collectie (1) | Highlights of a Future », BL!NDMAN utilise une partie de l’espace concret dans lequel se tient la présentation, permettant ainsi de faire de chaque recoin du bâtiment une scène potentielle.

Cinq saxophonistes (soprano, alto, ténor, baryton et tubax) sont dispersés dans tout le bâtiment et, chacun à sa manière entre en dialogue avec sa propre ombre électronique. Ils sont confrontés à des retards de leurs propres sons ou mènent une conversation avec des échantillons. Le saxophone ténor imite les sons électroniques qu'il a générés lui-même : l'original devient l'ombre de l'ombre. Le tubax semble se passer de l'accumulation rapide de sons, tandis que le saxophone baryton peut évoquer certains sons préenregistrés au moyen de pédales d'orgue.

Pratique 

  • Dimanche 12 mai 2019 16h00 - premier étage musée.

Crédits:

  • eric sleichim > direction artistique et composition
  • BL!NDMAN [sax]
  • koen maas > saxophone soprano et électronique
  • pieter pellens > saxophone soprano et alto et électronique
  • piet rebel > saxophone ténor et électronique
  • raf minten > saxophone baryton et électronique
  • eric sleichim > tubax, électronique et accordéon Decap automatique 

en co-production avec SMAK Gand et TRANSIT Festival pour la nouvelle musique et Festival de Flandres Courtrai 
en coopération avec  Decap Orgels

dans la catégorie: Evénement - Performance

Foto: Fred Debrock
i
Foto: Fred Debrock

Richard Jackson, Valentijn Dhaenens et Clara van den Broek entrent en dialogue sur le processus de création. Modéré par la critique de théâtre Els van Steenberghe.

Ces derniers mois, un dialogue intense s’est développé entre l’artiste plasticien Richard Jackson et le collectif de théâtre SKaGen. Celui-ci a abouti à 'Till it’s over', une représentation sur la guerre civile, la tendresse et la vengeance. 

Extrait d’une répétition (16 janvier 2019) :

[…] Nous examinons en ce moment des images et des points d’entrée vers le sujet de la guerre civile. Cette fois-ci, nous aimerions travailler sans texte. Nous sommes curieux de l’impact que cette manière de travailler peut avoir sur notre sensibilité. Peut-être que nous pouvons nous rapprocher de l'empathie avec nos corps. Le corps est naïf, ne peut pas mentir […]

 

Nous parlons dorénavant tous les jours à Richard Jackson. Nous lui envoyons des messages pendant qu'il dort, il est occupé pendant que nous nous reposons. Nous nous rencontrons parfois en fin d'après-midi pour nous. Nous échangeons alors des idées, des expériences et des sensibilités. Richard arrive toujours à nous surprendre. Son imagination nous met au défi. Nous lui envoyons des images qui nous occupent : des tas de vêtements de la guerre civile rwandaise, un enfant abandonné avec un sac de peluches à Alep, un groupe de chercheurs en combinaisons isolantes blanches (ils visitent une zone sinistrée, leurs combinaisons suggèrent qu’ils ne veulent pas endommager le site dévasté et qu'ils veulent se protéger - se protéger contre quoi ?).

 

Richard réagit avec imagination et beaucoup d'humour. Il parle d'une bombe cartoonesque qui provoque une explosion de couleurs. Nous parcourons son œuvre pleine de violence ludique ou de gaité violente. Cette nuit, Richard a envoyé message indiquant qu'il regardait des images de Guernica de Picasso. Il se rapporte à l'histoire de sa discipline.

 

La douceur de notre communication reflète la tendresse avec laquelle nous voulons aborder ce thème. La tendresse est l’un de nos points d’entrée vers la violence que nous ne comprenons pas pleinement. Le besoin de tendresse est contenu dans un geste tendre. D'où vient ce besoin ? Qu'est-ce qui dans notre corps a faim, veut être réconforté ? De quelle manière notre main est-elle vide et veut-elle combler un vide par la caresse?

Informations:

  • Dimanche 26 mai à 16h00
  • En Anglais
  • Les réservations sont possibles via reservation@smak.be
  • L’accès est gratuit pour ceux qui ont assisté à la représentation et avec un billet du musée. Une carte de conférences donne accès à plusieurs conférences ou devenez un Ami du S.M.A.K. et visitez le musée aussi souvent que vous le souhaitez. 

dans la catégorie: Artist Talk

Tous les jeudis du mois, nous resterons ouverts jusqu’à 21h00. Prenez plaisir à écouter une conférence et un concert de Citadelic Jazz. 

Découvrez l’exposition « La Collection (1), Highlights for a Future » avec 200 œuvres de la collection au S.M.A.K. ainsi qu’au MSK Gand. Ce soir-là, nous avons prévu différentes activités : 

Dirk Snauwaert à propos de l’exposition ‘Le musée absent’ au Wiels | 2 mai 2019 - 20h 

En 2017, le Wiels, Centre d’Art Contemporain à Bruxelles, organisa l’exposition ‘Le musée absent, une préfiguration d’un musée d’art contemporain pour la capitale de l’Europe’. Son directeur Dirk Snauwaert approfondit quelques aspects de l’exposition au cours de cette conférence.

Plus d'informations ici

Citadelic Jazz 

TOMA GOUBAND 'SINGING STONES' (FR) - Toma Gouband (percussions & singing stones) - 20:00

One doesn't even need to 'enter' into the music of Toma Gouband: our ears and eyes are invited, by the spectacular and extraordinary organisation of colors and timbres that make up his dreaming inventive universe. Pieces of flint, natural skins covering a horizontal bass drum, which has scattered upon it tiny bells or blocks of wood, branches and twigs… pebbles rolled on the ground, inverted cymbals collcting thus all sorts of natural resonators… The high-hat cymbals have been replaced by…they've also been replaced by stones! Animated by an interior pulsation made from the superimposition of mysterious cycles, like so many clocks telling life's time in polyrythms that collide and cross over each other, the music of Toma Gouband transcends the idea of an imaginary territory, for it invites us to approach it as we would a social rite or even a ceremony of love. (Benoît Delbecq)

ERIK BOGAERTS KWARTET (BE/FR) - Erik Bogaerts (alto saxophone), Jeroen van Herzeele (tenor saxophone), Brice Soniano (double bass), Steven Cassiers (drums) - 21:00

Erik Bogaerts Kwartet is a playful jazz quartet founded by the alto saxophonist with the same name. Their musical research balances between serene melodies within harmonic structures and energetic expression in groove and improvisation. Interplay between the members is a key factor as well as the guiding rule of pursuit of a joyous and explorative night for the musicians and their audience. 

Info sur les artistes via ce lien. 

Infos pratiques

  • Les deux musées restent ouverts jusqu’à 21h00.
  • Entrée : billet d’entrée au musée à 15 euros | à partir de 20h30 – deuxième concert : 10 euros.
  • Réservez votre guide via ce lien.
  • Autres nocturnes le 5 juin et le 5 septembre 2019.

Le S.M.A.K. a acquis ‘The Aeromodeller’ de Panamarenko en 1980, à l’occasion de l’exposition Kunst in Europa na ’68, c’est une des oeuvres les plus iconiques de la collection du musée. En 2004, l’oeuvre a fait l’objet d’une importante restauration sous la direction de Frederika Huys, à l’époque responsable de la conservation et de la restauration au S.M.A.K.

Dans cet entretien entre Huys* et Jo Coucke ** (historien de l’art et curateur), on confronte les différents aspects de la restauration de cette oeuvre à la valeur formelle et historico-artistique dans l’oeuvre de Panamarenko.

Infos pratiques

  • Mercredi 8 mai à 18h
  • Dans l’auditorium du MSK. Entrée par le musée, Scribedreef 1, 9000 Gent. Les portes ferment à 18h15’.
  • En néerlandais
  • Entrée gratuite.
  • Les participants à la conférence peuvent visiter les oeuvres du S.M.A.K. présentées au MSK entre 17.30’ et 18h. Les portes de la Scribedreef ferment à 18h15’. Sortie par la Hofbouwlaan.
  • Réservations msk.educatie@stad.gent

* Frederika Huys (°1973) est propriétaire et senior conservatrice du Protocol Room, un studio spécialisé dans la conservation et la restauration d’art contemporain, créé en 2010. Elle débuta sa carrière en 1997 avec le projet de recherche Conservation and restauration of Contemporary Artworks, à la demande de la Communauté flamande. Elle a été conservatrice en chef au S.M.A.K. de 1998 à 2010.

** Jo Coucke (°1955) est historien de l’art et curateur.indépendant. Il écrit et donne des conférences sur les arts plastiques contemporains internationaux, monte des expositions et est membre de l’Association belge des Critiques d’Art. Dans les années 1980, il était l’assistant scientifique de Jan Hoet au Musée d’Art Contemporain de Gand, le futur S.M.A.K. De 1986 à 2016, il a été le collaborateur spécialisé en histoire de l’art pour la Deweer Gallery à Otegem, la galerie de Panamarenko, où il développa une relation professionnelle avec l’artiste durant nombreuses années.

Sophie Nys, Ein Tisch ohne Brot ist ein Brett, Crac, Alsace, 2015. Foto: Aurélien Mole
i
Sophie Nys, Ein Tisch ohne Brot ist ein Brett, Crac, Alsace, 2015. Foto: Aurélien Mole

L’oeuvre ‘Fort Patti II’ de Sophie Nys, qui fait partie de l’exposition ‘De Collectie (1) I Highlights for a Future’ est présentée pour la première fois en Belgique.

Sophie Nys (°1974, Borgerhout) réunit différents médias qui étudient, le plus souvent avec une forme certaine d’humour, des thèmes définis, des événements oubliés et imprévus provenant notamment de l’histoire et du contexte social. Dans sa pratique artistique, elle transforme et déplace des objets et des reproductions avec une interférence minime et des moyens limités. Elle s’interroge ainsi sur la cause et l’effet, la précarité et la continuité et elle souhaite ouvrir de nouveaux espaces à la réflexion, la narration et la résistance. L’oeuvre ‘Fort Patti II’ trouve également son origine dans une combinaison de détails historiques et elle les associe à des expressions contemporaines de lutte sociale, d’impérialisme économique et politique et de militarisme.

Infos pratiques:

  • Dimanche 5 mai 2019 à 11h.
  • En néerlandais.

dans la catégorie: Artist Talk

Joachim Koester To Navigate, in a Genuine Way, in the Unknown Necessitates an Attitude of Daring, but not One of Recklessness (Movements Gen
i
Joachim Koester To Navigate, in a Genuine Way, in the Unknown Necessitates an Attitude of Daring, but not One of Recklessness (Movements Gen

La vidéo ‘To Navigate, in a Genuine Way, in the Unknown Necessitates an Attitude of Daring, but not One of Recklessness (Movements Generated from the Magical Passes of Carlos Castaneda)’ (2009) fait actuellement partie de l’exposition ‘De Collectie (1) I Highlights for a Future’.  

Une toile complexe de documentaire et de fiction constitue la base pour des séries de photos, d’installations et de films de Joachim Koester (°1962, Copenhague). Son oeuvre interroge des idées attestées et courantes transmises par l’histoire et il les rend disponibles pour d’éventuelles réécritures. Les traces qui longent les limites de l’inconnu constituent une constante dans son oeuvre. Il accorde ainsi une attention particulière au corps humain, au langage coporel et à la performance; l’occulte, le secret et l’incommensurable; l’esprit humain et les expériences psychédéliques. De même, la personne de l’artiste se trouve parfois empêtrée dans des analogies très poussées avec l’explorateur, le mystique et le charlatan. En 2012, on a pu voir l’importante exposition solo ‘Maybe One Must Begin with some Particular Places’ au S.M.A.K.

Infos pratiques:

  • Dimanche 5 mai 2019 à 14:00. 
  • En anglais.

dans la catégorie: Artist Talk

En 2017, le Wiels, Centre d’Art Contemporain à Bruxelles, organisa l’exposition ‘Le musée absent, une préfiguration d’un musée d’art contemporain pour la capitale de l’Europe’. Son directeur Dirk Snauwaert approfondit quelques aspects de l’exposition au cours de cette conférence.

L’exposition commentait entre autres les engagements sociaux diversifiés des oeuvres d’art exposées, avec une attention particulière pour les mouvements d’émancipation actuels et historiques, les processus d’identification, de colonialisme et d’expériences appartenent à notre histoire. En faisant allusion à l’absence d’un Musée d’Art Contemporain à Bruxelles, ‘Le musée absent’ introduisit également une considération sur le rôle que peut jouer ce musée dans le cadre de ces débats. Dirk Snauwaert* s’étend sur le thème de l’exposition.

Infos pratiques:

  • Jeudi 2 mai 2019 à 20:00.
  • En néerlandais

* Dirk Snauwaert (°1964, Tielt) est, depuis 2044, directeur du WIELS, le Centre d’Art Contemporain de Bruxelles. Auparavant, il a été co-directeur de l’AIC (Institut d’Art Contemporain) à Villeurbanne-Lyon, directeur du Kunstverein München et responsable de la programmation de l’art contemporain auprès de l’Association des Expositions au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Il collabora avec l’artiste Jef Geys pour le Pavillon belge à la 53ème Biennale de Venise et il réalisa “Atopolis” dans le cadre de Mons, Capitale Culturelle de l’Europe 2015. Parmi ses projets récents, citons “Le Musée Absent (2017), une préfiguration d’un musée d’art contemporain pour la capitale de l’Europe” (2017) et ‘Unexchangeable’ (2018). 

Joseph Beuys Wirtschaftswerte, 1980 – vue de la salle MSK, 2019 - photo: Dirk Pauwels
i
Joseph Beuys Wirtschaftswerte, 1980 – vue de la salle MSK, 2019 - photo: Dirk Pauwels

Le S.M.A.K. a acquis 'Wirtschaftswerte' de Joseph Beuys à l’occasion de l’exposition ‘Kunst in Europa na ‘68’et fait partie depuis lors des oeuvres principales de la collection du musée.

Etant donné que l’oeuvre a été réalisée en grande partie avec des matériaux éphémères, l’équipe des restaurateurs du S.M.A.K doit procéder à un entretien constant. Au cours de cette discussion entre Rebecca Heremans* (restauratrice du S.M.A.K.) et Nav Haq** (senior curator Muhka), les aspects techniques relatifs à la conservation, la gestion et la restauration sont associés à la valeur de l’oeuvre de Joseph Beuys sur le plan du contenu et de l’histoire de l’art.

Infos pratiques:

  • Mercredi 24 avril à 18:00.
  • Entrée gratuite.
  • Auditorium MSK. Entrée par le musée, Scribedreef 1, 9000 Gent. Les portes ferment à 18:15.
  • Réservation via msk.educatie@stad.gent
  • En anglais
  • Les participants à la conférece peuvent visiter les oeuvres du S.M.A.K. exposées au MSK de 17.30 à 18 h. Les portes de la Scribedreef ferment à 18h15’. Sortie par la Hofbouwlaan.

*Rebecca Heremans (°1989) a fait des études de conservation/restauration d’objets photographiques et elle travaille depuis 2012 comme restauratrice du papier au S.M.A.K. Depuis 2014, Heremans consacre des recherches sur les Wirtschafswerte et elle tente d’établir des directives pour traiter cette oeuvre à l’avenir de la manière la plus appropriée.

**Nav Haq (°1976) est senior curator au Muhka. Précédemment, il a été commissaire d’expositions à l’Arnolfini de Bristol et curateur à Gasworks, Londres. Il a déjà été commissaire de plusieurs expositions en solo d’artistes, tels que Jos De Gruyter & Harald Thys, Cosima von Bonin, Shilpa Gupta et Otobong Nkanga. En 2017, il fut le commissaire de l’exposition ‘Joseph Beuys – Groeten van de Euraziaat’, où il étudia tant les activités de Beuys à Anvers dans les années 1960 et ’70 que sa pertinence pour une nouvelle génération d’artistes et d’historiens de l’art.

Kader Attia, Untitled, repaired fabric from Algeria, Senegal and Mali, 2017
i
Kader Attia, Untitled, repaired fabric from Algeria, Senegal and Mali, 2017

L’oeuvre ‘Scarification, Self Skin’s Architecture’ de Kader Attia est une recherche artistique sur les coutumes culturelles en Occident, en Afrique et en Asie; elle a été montée pour De Collectie (1), Highlights for a Future. L’écrivaine et théoricienne de la culture Ana Teixeira Pinto* consacre une conférence à l’oeuvre de Kader Attia.

Au cours de l’exposition en solo ‘Repairing the Invisible’ en 2017, Kader Attia (°1970, Dugny) présenta pour la première fois une partie de sa collection personnelle de tissus qu’il récolta lors de ses nombreux voyages en Afrique. Ils présentent tous des réparations faites à la main et qui sont volontairement restées visibles. Alors que dans les cultures occidentales, une réparation tente toujours de restituer l’original, les cultures non occidentales accordent autant d’importance à la réparation qu’au dommage lui-même. La partie endommagée est montrée, attribuée et elle constitue finalement un élément de la nouvelle identité. Ces résultats constituent la base du concept ‘Repair’ de Kader Attia qui s’immerge dans le traitement d’expériences individuelles et collectives du traumatisme et de la réparation dans notre société mondialisée.

L’écrivaine et théoricienne de la culture Ana Teixeira Pinto* consacre une conférence à l’oeuvre de Kader Attia, sa collection personnelle et la manière dont elle défie à chaque fois la pratique muséale axée sur la gestion et la conservation de formes culturelles.

Infos pratiques:

  • Dimanche 14 avril 2019 à 15:00.
  • En anglais

*Ana Teixeira Pinto enseigne à l’Universität der Künste de Berlin et est chercheur à la Leuphana Universität, Lüneburg. Son oeuvre a fait l’objet d’une publication récente dans ‘Alleys of Your Mind: Augmented Intelligence and Its Traumas’ (2015) et ‘Neröse Systeme ‘(2016). Elle écrit régulièrement pour e-flux journal, art-agenda, Mousse, Frieze/de, Domus et Texte zur Kunst.

Jac Leirner, Corpus Delicti, mixed media, 1987-1992
i
Jac Leirner, Corpus Delicti, mixed media, 1987-1992

L’oeuvre ‘Corpus Delicti’ de Jac Leimer est actuellement présentée au musée dans le cadre de l’exposition de la collection. Au cours de cet artist talk, nous approfondirons l’oeuvre artistique de cet artiste.

Depuis le milieu des années 1980, l’artiste brésilienne Jac Leimer (°1961, São Paulo) procède à une subtile analyse des systèmes de représentation sociale. L’artiste rassemble dans son oeuvre des objets produits industriellement et d’usage courant provenant de son entourage immédiat. Elle les réunit pour former de nouvelles configurations qui étudient des notions telles que la répétition, l’obsession, la dépendance et la valeur. L’esthétique de ses collages, installations et sculptures répond aux niveaux socio-culturels de signification inhérents aux objets. En 2019, Jac Leimer se verra remettre le célèbre Wolfgang Hahn Preis, dans le cadre d’une exposition solo qui se tiendra au Museum Ludwig à Cologne.

L’oeuvre Corpus Delicti (1987-1992), actuellement exposée au musée, est le produit de l’épanouissement de sa carrière internationale au début des années 1990; elle se compose d’objets, tels que des écouteurs, des serviettes, des étiquettes de bagages, des cartes d’embarquement et des cendriers d’avions (devenus superflus à présent). Lors de cet entretien, l’artiste s’étendra sur la signification de ces processus d’accumulation et de la collection en tant que méthodologie artistique.

Infos pratiques:

  • Dimanche 14 avril 2019 à 11:00.
  • En anglais
Janina
i
Janina

Cette exposition présente des oeuvres de personnes atteintes d’un retard psychique et qui ont été créées lors de trajets photographiques, en collaboration avec le Dr. Guislain Ziekenhuis et mentormentor.

Depuis le début 2017, le S.M.A.K. organise régulièrement des ateliers de photographie destinés aux personnes atteintes d’un retard psychique, en collaboration avec le Dr. Guislain Ziekenhis et les photographes Anja Hellebaut et Lisa van Damme de mentormentor. Le but de ce projet est simple: les participants visitent une exposition au musée, ils reçoivent chacun un appareil photographique et disposent ensuite de quatre semaines pour réaliser leur propre série de photos.

Les participants ont été invités à observer et fixer attentivement leurs situations quotidiennes après leur visite au musée. Ils ont bénéficié d’une assistance hebdomadaire de mentormentor sous la forme d’une critique constructive et portant sur le contenu. Les résultats sont à la fois très directs et très personnels, l’appareil fonctionnait une fois comme bouclier, une autre fois comme une fenêtre sur le monde.

8 personnes environ peuvent participer à chaque trajet. Des trajets ont déjà été organisés dans le cadre de The Photographic I, Against The Wall, Raoul De Keyser et The Photographic II. Cette exposition se compose d’images créées lors de ces ateliers. Nous pouvons y voir des photos de: Craig, Detlef, Guy, Hannah, Janina, Jean-Pierre, Marc, Max, Erwin, Frank, Serge, Stefaan, Laura, Nathalie et Max.

Grâce notamment à la collaboration de Sony

La présentation Light Sensitivity est ouverte en même temps que la grande rétrospective de la collection Highlights for a Future, à l’occasion du 20ème anniversaire du S.M.A.K.

‘5.50 I 3.10, Two Pipes’ (1974) de Peter Downsbrough
i
‘5.50 I 3.10, Two Pipes’ (1974) de Peter Downsbrough

L’oeuvre ‘5.50 I 3.10, Two Pipes’ (1974) de Peter Downsbrough a récemment été intégrée dans la collection du S.M.A.K. et installée de manière permanente devant le bâtiment du musée.

Depuis les années 1970, Peter Downsbrough (°1940, New Brunswick) développe un langage imagé fortement réduit qu’il utilise pour explorer l’espace de manière précise et personnelle. Ses premières oeuvres se composaient d’interventions minimales et spatiales, composées de barres métalliques placées verticalement, ‘Two Pipes’ et ‘Two Poles’. Il étendit progressivement son vocabulaire visuel à des lignes, des mots et des champs. Elles se suffisent à elles-mêmes,  sont combinées ou entrent en dialogue avec des éléments architecturaux et urbains. C’est ainsi que naît une interaction visuelle de l’oeuvre avec le contexte et l’environnement. L’artiste transpose également cette logique sur des maquettes, des vidéos, des ouvrages d’artistes et des oeuvres sur papier.

Le Prof. Dr. Alexander Streitberger est professeur d’histoire moderne et contemporaine à l’Université Catholique de Louvain (UCL) et directeur du Lieven Gevaert Centrum voor Fotografie. En 2011, il édita l’ouvrage Shifting Places. Peter Downsbrough – The Photographs. Dans un entretien avec l’artiste, il approfondit les premières oeuvres de Peter Downsbrough et en donne une interprétation actuelle. Le nouvel ouvrage 5.50 I 3.10, Two Pipes est présenté pour la première fois au public.

Infos pratiques:

  • Dimanche 17 mars 2019 - 16h
  • Langue parlée: Anglais

dans la catégorie: Artist Talk

‘Verlust der Mitte. Curated by Christoph Büchel’, S.M.A.K. The Municipal Museum of Contemporary Art, Ghent, Belgium, 2017 Photo: Dirk Pauwel
i
‘Verlust der Mitte. Curated by Christoph Büchel’, S.M.A.K. The Municipal Museum of Contemporary Art, Ghent, Belgium, 2017 Photo: Dirk Pauwel

La participation de Christoph Büchel (°1966, Bâle) à TRACK (2012) constitua un prélude à son exposition solo From the Collection | Verlust der Mitte (2017) pour laquelle l’artiste construisit une installation impressionnante par laquelle il s’intéressa au Royaume de Belgique, à son passé colonial et à son présent post-colonial. 

Christoph Büchel produit des vidéos, des interventions et des installations grandeur nature à connotation politique. Il transpose des questions globales, comme l’inégalité sociale, l’injustice politique, l’hyprocrisie bourgeoise et le conservatisme religieux, dans des projets très pointus. Son approche minutieuse conduit parfois à la disparition de la fonction-clé des musées – exposer – en faveur de la réalisation d’une autre unité, véritablement opérante. Ses projets n’adoucissent pas ou n’apportent pas de remède, mais ils posent des questions pertinentes.

Giovanni Carmine est directeur de la Kunst Halle Sankt Gallen depuis 2007. En 2011 il était coordinateur artistique d’ ILLUMInations, la 54ième Exposition Internationale - La  Biennale di Venezia et il était curateur du pavillon Suisse en 2013. Il organisa déjà plusieurs projets avec Christoph Büchel et ils ont co-édité les publications PSYOP Post 9/11 Leaflets et CEAU. Sa conférence développe la pratique et la position de Christoph Büchel en tant qu’artiste.

Infos pratiques:

  • Dimanche 17 mars 2019 - 14h
  • Anglais

dans la catégorie: Artist Talk

Artur Barrio, Interminável, 2005
i
Artur Barrio, Interminável, 2005

En 2005, la pratique artistique éphémère d’Artur Barrio (°1945, Porto) mena un dialogue imaginaire avec les oeuvres de Joseph Beuys (°1921, Krefeld - +1985 Düsseldorf) dans une des expositions-clés les plus récentes du S.M.A.K.

Des matériaux tels que le café, le pain, le charbon de bois, le vin, la poussière, le texte et l’urine caractérisent la pratique artistique de Barrio et symbolisent une négation radicale de l’art en tant qu’expérience permanente et esthétique (classique). L’élément temporaire de son oeuvre obligea l’artiste à rechercher également des techniques de documentation alternatives – photos, vidéos, ouvrages d’artistes, entre autres – qui font aussi explicitement partie de l’oeuvre. On peut comprendre son choix cohérent de toujours travailler complètement in situ du point de vue de l’institution. Un deuxième aspect important dans l’oeuvre de Barrio est sa manière radicale de relativiser l’institution qu’est l’art. Il considère que le rôle de commissaire est superflu par rapport à l’idée qu’on se fait d’une oeuvre d’art ou d’une l’exposition et il le/la réduit à une simple fonction de coordinateur logistique.

Selon Barrio, l’oeuvre ‘Interminável’ (2005), qui signifie infini en portugais, fait référence au processus permanent de création que génère l’art, tout en soulignant également le caractère utopique que l’infini porte simultanément en lui. L’artiste s’entretient avec Philippe van Cauteren à l’occasion de la réinstallation de l’oeuvre.

Infos pratiques:

  • Dimanche 17 mars 2019 - 15h
  • Langue parlée: Français

dans la catégorie: Artist Talk