N’oubliez pas le guide | Catherine Lampo

Paul McCarthy HEAD SHOP/SHOP HEAD, installation S.M.A.K. 2007, photo Dirk Pauwels
i
Paul McCarthy HEAD SHOP/SHOP HEAD, installation S.M.A.K. 2007, photo Dirk Pauwels
guide Catherine Lampo
i
guide Catherine Lampo

Comme toutes les visites de groupes sont annulées jusqu'à la fin juin 2020, vous aurez jusque là une histoire, une anecdote, un regard sur une œuvre d'art par l'un de nos guides. Aujourd'hui, ce guide est Catherine Lampo.

Toutes les visites de groupe au S.M.A.K. ont été annulées par COVID-19 jusqu'à la fin juin 2020, les guides étaient donc également au chômage. Bien que nous ne les oublions pas : ils restent des conteurs nés et fascinants, que ce soit dans la salle du musée ou de cette façon.

‘(Not) sorry, we’re closed’

"Ces deux derniers mois, le SMAK était malheureusement fermé à cause des mesures contre le coronavirus. Un musée qui garde ses portes fermées pendant des semaines, cela reste irréel. Cela me rappelle cette autre fois, il y a 13 ans, lorsque le SMAK a été inactif pendant un mois pour la construction de la sensationnelle exposition solo de Paul McCarthy. Un mur intérieur a même dû être démoli pour faire place à un gigantesque bateau pirate. Juste avant cela, j'avais commencé à travailler comme guide, et d’un coup, plus de missions de guide, des salles vides.

En parlant de ça : quelle exposition pour débuter en tant que guide ! L'artiste américain Paul McCarthy aime les excès et distribue les coups autour de lui. Son œuvre est un zoom sur notre société de consommation. En 2007, il a embrassé tout le musée avec des sculptures réalistes, d’un cochon à une représentation hyperréaliste de lui-même, et un flux incessant de projections vidéo hyperkinétiques. Le tout, réuni de préférence dans une même salle. Les gardiens portaient des écouteurs pour couper la cacophonie du son et changeaient de salle toutes les heures. Le spectateur était aspiré dans un tsunami d'impressions.

J'ai observé avec attention les réactions de mes petits groupes de visiteurs intéressés. Il s'est avéré qu'ils étaient toujours incroyablement enthousiastes. Le cirque médiatique avait éveillé leur curiosité. Beaucoup ont voulu venir voir de leurs propres yeux la bouteille de ketchup gonflable sur le toit du SMAK. Ou bien vérifier si on pouvait vraiment voir le cochon rose (et on parle bien d’une sculpture) respirer doucement. Ou encore se promener dans le jardin avec les personnages scabreux. Même les écoles, informées à l'avance de ce contenu choquant, ne se sont pas laissées dissuader et ont répondu présentes en masse. En bref, le public ne s'est pas laissé écraser par le chaos orchestré. Ci et là, on voyait quelqu'un sourire furtivement devant le cuisinier qui lançait de la nourriture avec toujours plus d’enthousiasme, ou le sandwich au ketchup, dont des litres de ketchup s'égouttaient entre des plaques de verre. Des années plus tard, on peut encore voir les traces de l'acide mordant sur le sol. Il y avait même de la place pour la tranquillité dans cette orgie d’images : régulièrement, les plus courageux se laissaient glisser le long d’un mur pour sonder un temps les films difficiles à digérer. La morale de l'histoire pour une tout nouvelle guide : never underestimate the public (ne jamais sous-estimer le public).

Cela vaut parfois la peine de garder le musée fermé pendant un mois. Nous espérons que les retrouvailles avec l'art seront tout aussi intenses dans les semaines à venir. Kris Martin sait ce qu'il lui reste à faire."

Catherine Lampo

Catherine Lampo est responsable de la programmation de l'art contemporain au sein de l'organisation d'éducation artistique Amarant et est guide au S.M.A.K. depuis de nombreuses années.

VISITES DE GROUPES

Nous espérons pouvoir autoriser à nouveau les visites de groupes à partir du 1er juillet 2020, mais cela dépend de ce que décidera le Conseil national de sécurité. Ce lien vous permet de trouver toutes les informations

dans la catégorie: Highlight

Lignes directives pour une visite à l’aise pendant COVID-19

>