Mike Kelley



lieu et année de naissance: 1954, Wayne, Michigan, États-Unis date de décès: 2012 , South Pasadena, Californie, États-Unis

"Devenir artiste fut la chose la plus méprisable que j'aurais pu choisir", déclare Mike Kelley en revenant sur son choix de carrière, qui conduisit à une rupture avec son père. Aujourd'hui, Kelley est considéré comme l'une des personnalités artistiques les plus influentes du début du siècle.

En 1978, Kelley entra à CalArts, le renommé institut d'art situé près de Los Angeles, où il étudia entre autres avec John Baldessari, Douglas Huebler et Laurie Anderson. Avec un autre étudiant, Jim Shaw, il fonda le groupe punk DAM (Destroy All Monsters). Les collaborations artistiques furent fréquentes sur le CV de Kelley: entre autres avec Paul McCarthy en 1992 pour la vidéo ‘Heidi’, un persiflage sur le livre du même nom publié en 1881; avec Tony Oursler en 1997 pour une installation à la Documenta X dans laquelle ils revinrent sur leur temps à CalArts avec le groupe noise The Poetics. Plus tard, Kelley continuera de lier les scènes artistiques et musicales de Los Angeles.

À la fin des années 70, Kelley fit ses débuts avec des performances solos, des peintures dans lesquelles images et textes se mélangent, ainsi que des installations. Il mit fin à l'idée qu'un artiste se doit d’exceller dans un médium spécifique. Dans les années 80, le succès de Kelley grandit, d'abord en Europe, puis aux États-Unis. De nombreuses œuvres de cette période témoignent de ses recherches sur les souvenirs et les traumatismes, refoulés ou non, et sur l'influence de l'éducation, de l'environnement culturel et de la culture américaine. À l’aide de peluches, de couvertures, d’annuaires scolaires typiquement américains et d'autres matériels de seconde main, il élève son introspection à un niveau collectif.

Alors que la biographie de Kelley a très certainement influencé son art, la détermination de l'artiste à résister à une interprétation trop biographique de son travail ne facilite pas l'interprétation de l'œuvre en termes d'histoire de l'art. Quoi qu'il en soit, il est l'un des premiers à faire de l'installation un environnement dense dans lequel nous sommes exposés à une multitude d’impulsions et d'objets multimédias mettant à l'épreuve nos certitudes morales et nos sensibilités artistiques. Peut-être était-ce là toute l'intention de Kelley: plutôt que de nous donner prise, il nous renvoie à nos propres sentiments contradictoires.

Cependant, Kelley n'attendra pas l'ouverture de sa rétrospective au Stedelijk Museum d'Amsterdam en 2013. En 2012, désespéré par le rôle de l'art et affecté par une rupture et la perte de sa mère et de son frère, il mit fin à ses jours. La Mike Kelley Foundation for the Arts, fondée par l'artiste en 2007, accorde des bourses pour des projets innovants liés à la pratique de Kelley. 'Mobile Homestead’ (2006-'13), une réplique posthume achevée de la maison dans laquelle l'artiste grandit, est exposée au Museum of Contemporary Art Detroit. Une part fixe est utilisée pour les artistes et les "rituels secrets de nature antisociale", une part mobile pour les activités de la communauté locale. Avec cette œuvre, Kelley voulut montrer comment quelqu'un se doit de cacher ses véritables désirs et convictions derrière une façade de mensonges socialement acceptés.


Expositions



Devenez un Ami du S.M.A.K.
made by